Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Découvertes

Un virus informatique d'un nouveau genre oblige les victimes à jouer à un jeu vidéo

© Team Shanghai Alice | Le virus façon anime, c'était forcément coréen.

Texte par Benjamin BRUEL

Dernière modification : 10/04/2017

Un nouveau logiciel de rançon, créé par un jeune programmeur coréen, prend en otage l’ensemble des données de votre ordinateur. Pour les débloquer et supprimer le virus, deux solutions : payer ou jouer.

Challenge accepted. Un nouveau logiciel de rançon viral – un ransomware – est apparu vendredi 8 avril sur le Web, via la plateforme de partage de fichiers GitHub. Ce type de programme indésirable verrouille les données de l'ordinateur de sa victime et demande généralement une grosse somme d’argent pour les libérer. Mais le nouveau virus offre une solution tierce : terminer un jeu en mode hardcore.

VOIR AUSSI : Microsoft prétend pouvoir bientôt traiter les cancers comme des "virus informatiques"

Le virus a été nommé "Rensenware", en référence au jeu "Touhou Seirensen - Undefined Fantastic Object", un shoot’em up japonais sorti en 2009. Pour s’en libérer et récupérer l’accès à ses données, il faut réaliser un score de plus de 200 millions sur ce même jeu, en mode "lunatique", c’est-à-dire en mode expert.

Le malin créateur du virus s'infecte lui-même

En temps normal, la question des ransomwares est particulièrement sérieuse. Un rapport publié par Herjavec Group, spécialisé dans la cybersécurité, estimait à 1 milliard les sommes engendrées par des logiciels de rançon uniquement sur l’année 2016. Si l'on prend uniquement le ransomware CryptoWall, le FBI rapporte qu'il avait fait perdre 16 millions d'euros à des entreprises et particuliers uniquement lors de son premier mois d'existence. Les sommes en jeu sont donc colossales et la question très sérieuse.

Mais cette fois, "Rensenware" aurait été diffusé par erreur, rapporte Kotaku. Il a été créé par un jeune étudiant coréen qui voulait faire une blague à ses potes et aux amateurs de la série de jeux "Touhou Seirensen". Ainsi, lorsqu’un utilisateur infecté enclenche le programme contenant le virus, une fenêtre pop-up s’ouvre. Dessus, le dessin d’une jeune fille façon anime, en habits marins.

"Manamitsu ‘The Captain’ Murasa a crypté vos précieuses données comme vos documents, vos musiques, photos", indique la fenêtre du virus. "'Comment puis-je récupérer mes fichiers ?' C’est facile. Vous n’avez qu’à jouer à 'TH12 – Undefined Fantastic Object' et faire un score de plus de 200 millions au niveau LUNATIQUE. Cette application détectera TH12 et son score automatiquement".

"Je m’ennuyais", explique son créateur à Kotaku par e-mail. Il affirme au site qu’il a mis en ligne la "blague" sur GitHub avant de s’endormir. À son réveil, il a appris via Twitter que le virus c’était diffusé. "J’ai réalisé que l’accident avait pris de l’ampleur", explique-t-il, ajoutant qu’il avait malencontreusement infecté son propre ordinateur. Finalement, le jeune homme a mis en ligne le code permettant de supprimer le virus et présenté ses excuses. "Rensenware est définitivement un malware fatal, mais je l'ai créé. Je l'ai créé pour la blague, et pour rigoler avec les personnes qui aiment la série 'Touhou Project'", écrit-il. Une blague que n'ont pas vraiment dû apprécier les victimes du ransomware, vu la difficulté de "Touhou Seirensen". Regardez plutôt. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 10/04/2017