Accéder au contenu principal

Ligue des champions : vainqueur à Dortmund, Monaco prend une option sur les demies

L'AS Monaco est allé chercher un précieux succès sur la pelouse de Dortmund (2-3).
L'AS Monaco est allé chercher un précieux succès sur la pelouse de Dortmund (2-3). Patrik Stollarz, AFP

Auteur d'une prestation pleine de pragmatisme, l'AS Monaco a fait un grand pas vers les demi-finales de la Ligue des champions en s'imposant sur la pelouse du Borussia Dortmund, en quart de finale aller (2-3).

Publicité

envoyé spécial France 24 à Dortmund.

Au lendemain de la triple explosion qui a visé Dortmund et provoqué le report du quart de finale de la Ligue des champions entre le Borussia et l'AS Monaco, le football a finalement repris ses droits, mercredi 12 avril. Une grande fête ponctuée de manifestations de solidarité entre supporters des deux camps, et qui a vu l'AS Monaco faire un grand pas vers les demi-finales de la compétition, à la faveur d'un solide succès 3 buts à 2 sur la pelouse de son hôte.

Devant les 65 800 spectateurs d'un Signal Iduna Park à guichets fermés, les deux équipes ont fait honneur au football, notamment au cours d'une deuxième mi-temps haletante et débordant de suspense. Mais c'est bel et bien au cours du premier acte que l'AS Monaco a tracé les contours d'un précieux succès.

Après un premier quart d'heure timoré, probablement en raison du lourd contexte qui entourait la rencontre, ce sont les visiteurs qui ont allumé la première mèche. Sur une percée de Mbappé, Sokratis est intervenu en retard et a provoqué un penalty logique. Mais Fabinho, face au "mur jaune" de la célèbre tribune sud de Dortmund, a manqué l'occasion d'ouvrir la marque (16e).

Un tir cadré, deux buts

Dans la foulée de cet échec, les joueurs de Leonardo Jardim se sont livrés à une action d'école pour l'ouverture du score. Sur une contre-attaque éclair menée par Bernardo Silva, Lemar a délivré un centre en direction de Mbappé, qui n'a eu qu'à pousser le ballon au fond des filets (19e, 0-1).

Il a fallu attendre une dizaine de minutes supplémentaires pour que les Allemands parviennent enfin à se montrer dangereux. Après un petit numéro sur le côté droit, Ginter a trouvé Kagawa dans la surface, mais le Japonais a trop enlevé sa frappe, qui est passée au-dessus de la barre de Subasic (31e).

Dominé, Monaco s'en est de nouveau remis à son efficacité hors norme : sur une de ses rares montées, Raggi a délivré un centre au point de pénalty, que le malheureux Bender, à la lutte avec un attaquant monégasque, a propulsé de la tête dans ses propres filets (35e, 0-2). Et c'est donc avec un seul tir cadré et 34 % de possession de balle que Monaco a rejoint les vestiaires avec deux buts d'avance, face à un adversaire totalement inoffensif (aucun tir cadré).

Dortmund pousse, Monaco contre

Au retour des vestiaires, c'est un tout autre Dortmund qui s'est présenté sur la pelouse. Après une première escarmouche de Dembélé sur coup franc (46e), Fabinho (51e) puis Glik (52e) se sont employés pour sortir deux ballons très chauds dans les six mètres. Puis c'est Dembélé qui s'est chargé d'alimenter un peu plus la frustration des supporters allemands, en plaçant une frappe trop approximative à une dizaine de mètres des cages.

Mais à force de pousser, le Borussia a fini par trouver la faille. Sur une superbe inspiration, Aubameyang a transmis à Kagawa d'une aile de pigeon à l'entrée de la surface. Au duel avec Subasic, le Japonais est parvenu à servir Dembélé, qui a conclu à bout portant pour le but de l'espoir (57e, 2-1).

S'en est suivi une vingtaine de minutes de domination stérile pour les locaux, qui se sont heurtés au bloc monégasque, positionné très bas et visiblement disposé à jouer la contre-attaque à tout va. C'est d'ailleurs sur une rapide remontée de balle que Falcao a failli marquer le but du break. Lancé en profondeur, il a parfaitement éliminé Bürki dans sa surface, avant d’inexplicablement manquer le cadre, seul face au but (76e).

Solides sous la pression

Puis, sur une perte de balle de Dortmund au milieu de terrain, la lumière est de nouveau venue de Mbappé. Servi dans l'axe à une quarantaine de mètres du but, l'international français a décoché une très lourde frappe à l'approche de la surface, crucifiant les espoirs des supporters borussen (79e).

Et même malgré une fin de match de feu, marquée par la réduction du score de Kagawa (84e) puis par une grosse pression du public et des joueurs du Borussia, Monaco a tenu ce probant succès jusqu'au coup de sifflet final. De très bon augure avant le quart de finale retour, prévu au Stade Louis-II mercredi prochain.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.