Accéder au contenu principal

Hitler, Assad et les armes chimiques : la bourde du porte-parole de la Maison Blanche

Sean Spicer lors du point presse du 11 avril 2017.
Sean Spicer lors du point presse du 11 avril 2017. Brendan Smialowski, AFP

Le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, a suscité un tollé en déclarant, mardi, qu'Hitler n'a pas eu recours aux armes chimiques, contrairement à Assad, passant sous silence les chambres à gaz. Les appels à la démission se multiplient.

Publicité

Le porte-parole de Donald Trump, Sean Spicer, a déclaré, mardi 11 avril, que le président syrien, Bachar al-Assad, avait fait pire qu'Adolf Hitler en utilisant des armes chimiques, une comparaison semblant minimiser les crimes du nazisme. Devant le tollé provoqué, Sean Spicer a présenté ses excuses mais pour les associations juives et les élus démocrates, c'est le dérapage de trop.

"Pendant la Seconde Guerre mondiale, on n'a pas utilisé d'armes chimiques. Une personne aussi abjecte qu'Hitler n'est même pas tombée aussi bas que d'utiliser des armes chimiques", a déclaré Sean Spicer lors de son point quotidien dans la salle de presse de la Maison Blanche. "La Russie doit se demander si c'est un pays avec lequel elle veut s'aligner".

>> À lire : Sean Spicer : à quoi sert le porte-parole serial gaffeur de la Maison Blanche ?

Appelé à préciser sa pensée par une journaliste quelques minutes après, il a ajouté à propos des armes chimiques, lors d'une réponse sinueuse: "En ce qui concerne le gaz sarin, il (Hitler) n'a pas utilisé de gaz sur son propre peuple de la même façon qu'Assad (...) Je sais qu'il les a apportées dans les centres d'Holocauste. Mais je parle de la façon dont Assad les a utilisées, quand il est allé dans les villes et les a lâchées sur des innocents, au milieu des villes... Merci de la clarification".

"Sean Spicer a nié l'Holocauste"

Les commentateurs sur les réseaux sociaux et ailleurs n'ont pas manqué de souligner que Sean Spicer passait ainsi sous silence le recours aux chambres à gaz pendant la Seconde Guerre mondiale et les plus de six millions de juifs tués dans les camps d'extermination. Le porte-parole a donc présenté ses excuses et dit qu'il n'aurait pas dû faire cette comparaison. "C'était une erreur. Je n'aurais pas dû le faire et je ne le referai pas", a déclaré Spicer dans un entretien à CNN. "C'était inopportun et manquait d'égards."

Associations juives et élus démocrates ont immédiatement dénoncé des propos antisémites ou révisionnistes. "Rien de moins que pendant la Pâque juive, Sean Spicer a nié l'Holocauste, la forme la plus répugnante de 'fake news' possible, en niant qu'Hitler a gazé des millions de juifs", a déclaré Steven Goldstein, directeur du centre Anne Frank aux Etats-Unis.

"Le principal porte-parole de la Maison Blanche minimise l'horreur de l'Holocauste", a dénoncé Nancy Pelosi, la chef des démocrates de la Chambre des représentants. "Sean Spicer doit être licencié, et le président doit immédiatement désavouer les propos de son porte-parole".

Avec AFP et Reuters
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.