Accéder au contenu principal

La Corée du Nord échoue à lancer un nouveau missile

Pyongyang a organisé un défilé militaire géant samedi 15 avril 2017 pour célébrer le 105e anniversaire de la naissance du fondateur du régime.
Pyongyang a organisé un défilé militaire géant samedi 15 avril 2017 pour célébrer le 105e anniversaire de la naissance du fondateur du régime. AFP

La Corée du nord a tenté de lancer un missile dimanche, mais le tir a échoué, selon Washington et Séoul. Cette tentative intervient au lendemain d'un défilé militaire géant organisé à Pyongyang.

Publicité

Pyongyang a effectué un tir de missile dimanche 16 avril. Mais les armées américaine et sud-coréenne affirment que le tir a été raté et que le missile, tiré depuis la base de sous-marins de Sinpo, a explosé "presque immédiatement".

Cette tentative de la Corée du Nord intervient au lendemain d'un défilé militaire géant organisé à Pyongyang, sa capitale, pour le 105e anniversaire de la naissance de son fondateur et lors duquel ont été présentés ce qui ressemble à de nouveaux missiles balistiques de longue portée.

Cependant, selon un responsable américain, le missile lancé dimanche n'est apparemment pas un missile balistique intercontinental.

Pyongyang "prêt à répondre à une guerre totale par une guerre totale"

La tension a augmenté ce week-end entre la Corée du Nord et les États-Unis, après que Donald Trump a déclaré que le problème nord-coréen serait "traité". S'exprimant avant la gigantesque parade militaire de samedi, le numéro 2 du régime nord-coréen avait promis que son pays était "prêt à répondre à une guerre totale par une guerre totale" : "Nous sommes prêts à répliquer à toute attaque nucléaire par une attaque nucléaire à notre façon", avait insisté Choe Ryong-hae.

>> À lire sur France 24 : "La Corée du Nord promet une 'réponse sans pitié' à toute provocation américaine"

Certains observateurs pensaient même que le régime dirigé par Kim Jong-un allait tenter de réaliser le sixième test nucléaire de son histoire, alors même que le vice-président américain Mike Pence est en route pour Séoul où il doit arriver dimanche, dans le cadre d'une tournée asiatique programmée de longue date.

Pour ce pays communiste isolé sur la scène internationale, il s'agissait d'adresser "un message sans équivoque aux États-Unis après les propos de l'administration Trump et ses initiatives militaires", confirme Evans Revere, du centre de recherches Brookings Institution à Washington.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.