Accéder au contenu principal

Ligue des champions : brillant, Monaco écarte Dortmund et s'offre une demi-finale historique

Vainqueur du Borussia Dortmund, l'AS Monaco rejoint le dernier carré de la Ligue des champions.
Vainqueur du Borussia Dortmund, l'AS Monaco rejoint le dernier carré de la Ligue des champions. Valery Hache, AFP

Au terme d'une prestation très maîtrisée, l'AS Monaco s'est qualifié pour les demi-finales de la Ligue des champions en écartant le Borussia Dortmund. Les Monégasques se sont imposés 3-1 à Louis-II après l'avoir déjà emporté à Dortmund (2-3).

Publicité

envoyé spécial France 24 au stade Louis-II (Monaco).

À l'échelle du bien maigre palmarès du football français en Europe, l'AS Monaco peut d'ores et déjà s'enorgueillir d'avoir réalisé un authentique exploit. Au terme d'une double confrontation très aboutie face au Borussia Dortmund, conclue par un succès 3-1 sur sa pelouse, l'AS Monaco a décroché son billet pour les demi-finales de la Ligue des champions.

Si le succès des hommes de Leonardo Jardim au match aller (2-3), dans un contexte très particulier, pouvait avoir été quelque peu minimisé au vu des circonstances, celui de Louis-II, décroché après une très solide prestation, ne souffre cette fois d'aucune réserve.

Dans un stade Louis-II comble et plus bruyant qu'à l'accoutumée, les Monégasques n'ont eu besoin que d'un gros quart d'heure pour réduire à néant les espoirs de leurs visiteurs. Après seulement trois minutes, Benjamin Mendy a allumé la première mèche, à l'issue d'une superbe percée plein axe. Sa lourde frappe, repoussée des deux poings par Roman Bürki, est retombée dans les pieds de l'inévitable Kylian Mbappé, qui a ajusté le portier du Borussia d'un plat du pied plein de sang froid (1-0, 3e). Le néo-international français est devenu ainsi le plus jeune joueur (18 ans et 4 mois) à revendiquer un total de cinq réalisations en C1.

Efficacité maximale

Groggy, Dortmund a bien tenté de réagir rapidement, mais Marco Reus, servi dans la surface par Erik Durm, n'a pas réussi à tromper la vigilance de Danijel Subasic, bien placé sur sa ligne (10e). Et dans la foulée, sur un coup franc de Nuri Sahin, c'est le poteau qui s'est chargé de maintenir l'avantage des locaux (14e).

Bougé derrière, mais toujours aussi prompt à se projeter vers l'avant, l'AS Monaco n'a pas tardé à enfoncer le clou. Sur un mouvement d'école initié côté gauche, Thomas Lemar a parfaitement servi Radamel Falcao à l'entrée des six mètres d'un bel enroulé. Le Colombien, seul face à Bürki, a fusillé le gardien adverse d'une tête rageuse pour sceller le sort de la rencontre (2-0, 18e).

Et sans un sauvetage de Durm quelques minutes plus tard juste devant sa ligne (24e), l'ASM aurait même pu conclure le premier acte avec trois buts d'avance au compteur. Dortmund a bien tenté deux ultimes incursions, par Reus (38e) puis Raphaël Guerreiro (40e), mais sans succès.

Sang froid

Au retour des vestiaires, bien aidé par la rentrée de Ousmane Dembélé dès la demi-heure de jeu, le Borussia Dortmund est enfin parvenu à réduire la marque. Le Français a délivré un superbe ballon dans la surface pour Reus, qui a conclu l'action au premier poteau d'une implacable reprise (2-1, 48e).

Mais malgré le but allemand, les Monégasques n'ont pas reculé, et ils ont même eu à deux reprises l'occasion de tuer un peu plus le match, mais Falcao (65e) puis Mbappé (69e) ont vu leurs tentatives tutoyer le cadre de Bürki.

C'est finalement l'entrée tardive de Valère Germain, en fin de rencontre, qui a donné à Louis-II l'occasion de s'embraser une dernière fois. Sur un contre éclair, le "super-sub" monégasque, à la réception d'un centre au cordeau de Lemar, a crucifié le Borussia Dortmund (3-1, 81e). Conclusion idéale d'une soirée de football qui restera longtemps dans les mémoires à Monaco.

Brillant, le club princier rejoint donc le dernier carré de la Ligue des champions – et c'est le premier club français à atteindre cette phase depuis 2010 – dans la peau d'un outsider qui doit déjà donner quelques frissons aux ténors du continent. Une chose est sûre : au vu de ce qu'elle montre semaine après semaine, cette équipe a tout ce qu'il faut pour mener au bout l'épopée européenne qu'elle est en train de vivre.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.