ÉTATS-UNIS

États-Unis : Jon Ossoff, l'espoir des démocrates, remporte une manche

Jon Ossoff s'adresse à ses partisans alors que le décompte des voix dans l'élection partielle dans une circonscription de l'État de Géorgie se poursuit.
Jon Ossoff s'adresse à ses partisans alors que le décompte des voix dans l'élection partielle dans une circonscription de l'État de Géorgie se poursuit. Joe Raedle, GETTY IMAGES, AFP
4 mn

Avec 48,1% des voix, Jon Ossoff a manqué de peu la victoire au premier tour dans un bastion républicain de l'État de Géorgie. Les républicains, divisés, ont été distancés dans un vote considéré comme un test pour l'administration Trump.

Publicité

Jon Ossoff, jeune loup démocrate de 30 ans, est arrivé en tête dans une circonscription de l'État de Géorgie acquise aux républicains depuis près de 40 ans. Avec 48,1 % des voix, il a distancé pléthore de candidats républicains.

Le mieux placé d'entre eux, Karen Handel, ancienne secrétaire d'État de Géorgie, a remporté 19,8 % des suffrages. Un second tour les départagera le 20 juin. Les républicains seront cette fois unis alors qu'ils étaient une dizaine en lice au premier tour.

Aucun démocrate n'a été élu depuis 1978 dans cette banlieue blanche, relativement aisée et conservatrice d'Atlanta. À l'époque, c'était l'ultra conservateur Newt Gringrich qui avait remporté la circonscription.

Pour Jon Ossoff, le résultat du premier tour "dépasse largement nos attentes". "Il ne fait aucun doute que nous avons d'ores et déjà remporté une victoire" a déclaré le jeune réalisateur de documentaire et ex-assistant parlementaire.

Un test pour l'adminstration Trump

Au second tour, le camp démocrate espère remporter une victoire grace à la chute de popularité de Donald Trump.

Les Américains ne sont plus que 45 % à juger qu'il tient ses promesses, contre 62 % en février, selon Gallup. En tout, 40% ont une opinion favorable du milliardaire, ce qui fait de lui le président américain le plus impopulaire de l'histoire des sondages en début de mandat.

Une armée de sympathisants surmotivée s'est engagé dans la campagne de Jon Ossoff. Leur cri de ralliement : le hastag "Make Trump Furious" a été repris par de nombreux poids lourds démocrates et par des célébrités.

"Souvenez-vous de la dernière fois où les gens ne sont pas allés voter. On s'est retrouvés avec Trump", a lancé l'acteur Samuel Lee Jackson dans un spot radio. "Nous devons canaliser notre désir de vengeance et notre furieuse colère envers cette administration dans les urnes."

Donald Trump largement investi dans la campagne

Une défaite des républicains aurait constitué un revers pour le président qui s'est largement investi dans la campagne. "Des démocrates progressistes qui ne sont pas en Géorgie dépensent des millions et des millions de dollars pour essayer de vous enlever votre siège républicain au Congrès. Ne les laissez pas faire", a lancé le président dans un message enregistré qui a été diffusé à partir de lundi dans la circonscription.

Sur Twitter, il a aussi déclaré "Si vous ne votez pas demain, Ossoff augmentera vos impôts, détruira votre assurance maladie et inondera notre pays d'immigrants clandestins".

Comme beaucoup de républicains, le locataire de la Maison Blanche pense déjà aux élections de mi-mandat en 2018, et aux chances des républicains de conserver leur confortable majorité à la Chambre des représentants.

Avec AFP et Reuters.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine