Accéder au contenu principal

Une "nouvelle révolution française", un "éclatement du système" : la presse étrangère commente le vote des Français

Soirée électorale d'Emmanuel Macron.
Soirée électorale d'Emmanuel Macron. Pacific Press / Getty Images

Après le Brexit et l’élection de Donald Trump, le monde entier scrutait les résultats du premier tour de l’élection présidentielle française. Entre surprise et évidence, les réactions de la presse internationale sont diverses.

Publicité

Un second tour entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, qui ont respectivement recueilli 23,75 % et 21,53 % des suffrages exprimés. Bien que les sondages aient en majeure partie annoncé le triomphe de ces deux candidats, le résultat reste une surprise, puisque pour la première fois dans l’histoire de la Ve République, les deux grands partis de gouvernement sont éliminés dès le premier tour de l’élection présidentielle.

VOIR AUSSI : Le hold-up d’Emmanuel Macron, le banquier qui a réussi à incarner le "dégagisme"

Ce lundi, la presse analyse et commente le choix des Français. Tout en abordant les programmes et les très nombreuses divergences des deux candidats qualifiés, ils constatent l’effondrement du bipartisme à la française.

Une "nouvelle révolution française" et la mort du bipartisme ?

Avant tout, ce résultat "révèle une nouvelle répartition politique" comme titre le Washington Post. Le quotidien américain souligne en effet que la France, "fidèle à l’esprit de 1789", est le "premier grand pays occidental à abandonner, dans une élection majeure, la structure politique centre-droit/centre-gauche qui a dominé l’Europe depuis la Seconde Guerre mondiale".

[scald=44050:article_details {"additionalClasses":""}]

En effet, la surprise de voir le Parti socialiste (Benoît Hamon, 6,3%) et les Républicains (François Fillon, 19,9 %) éliminés dès le premier tour de l’élection domaine la presse étrangère. The Economist, soulignant qu’il s’agissait de "la campagne la plus volatile et la plus serrée" de l’histoire récente, affirme que ce premier tour "pourrait présager un éclatement du système des partis en France", les résultats des deux qualifiés étant "des mesures de l’humeur anti-establishment" qui règne en France. Journal libéral, The Economist affirme ainsi que le deuxième tour déterminera "si une démocratie occidentale peut défier la tendance et affronter le nationalisme populiste".

Le quotidien israélien Haaretz considère que cette élection va "faire naître une nouvelle créature politique" et qu’il incombera à Emmanuel Macron d’en décider du visage. "Ce qui remplacera les partis principaux est encore assez flou et comment le probablement prochain Président Macron construira son propre pouvoir", s’interroge l'éditorialiste. Tandis que Le Guardian s’interrogeait sur la "destruction du Parti socialiste" à la veille des élections, le journal suisse Le Temps considère que "l’implosion du paysage politique français ne fait plus de doute", ajoutant que "la droite française et le parti socialiste sont naufragés" et qu’avec l’affiche de ce second tour, "deux France se retrouvent opposées".

Le Daily Mail, soulignant la chute des principaux partis, considère carrément qu’il s’agit d’une "nouvelle révolution française".

L’opposition radicale entre Macron et le Pen

Si l’ensemble de la presse internationale s’accorde sur le choc provoqué par ce scrutin dans la vie politique française, les médias constatent également que les Français ont choisi deux projets politiques diamétralement opposés pour le second tour.

Fox News s'interroge : "Le Pen peut-elle finir le boulot?"

Emmanuel Macron, encore peu connu du grand public avant son passage au ministère de l’Économie entre août 2014 et août 2016, est "clairement le mieux placé" pour le second tour, affirme Der Standard, quotidien autrichien classé à gauche, repéré par Courrier International. "Mais les électeurs français sont trop versatiles, trop indécis et surtout trop en colère pour que l’on puisse tenir quoi que ce soir pour acquis", souligne le journal.

De son côté, El Pais, quotidien espagnol de référence, note que les deux candidats "proposent deux visions opposées pour l’avenir de la France et de l’Europe. La France va maintenant devoir choisir entre un ex-banquier peu expérimenté porteur d’un message proeuropéen et libéral ou l’héritière de l’extrême droite, favorable à une sortie de l’Union européenne".

L’avenir de l’Europe, plusieurs mois après le Brexit, est au cœur des préoccupations de la presse étrangère : en cas de victoire de Marine Le Pen, beaucoup craignent une sortie de la France. Tandis qu’une victoire du candidat d’En Marche ! "serait un soulagement à la fois pour les bureaucrates de Bruxelles et les investisseurs internationaux", affirme Politico.

Certains médias appellent à voter Emmanuel Macron pour faire barrage à Marine Le Pen. Le Guardian, qui titre son éditorial "une victoire pour Macron et l’espoir", considère que le Front national "est resté un parti bigot, haineux et nationaliste de la pire espèce" et appelle la France à "finir sa révolution" en votant Macron. D’un autre côté, la chaîne conservatrice américaine Fox News s’interroge  : "Le Pen peut-elle finir le boulot ?" La chaîne affirme qu’elle peut déjà se targuer de "représenter le changement que des millions de Français affirment vouloir". Réponse le 6 mai.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.