Découvertes

Après ses 100 premiers jours au pouvoir, Donald Trump reconnaît que son ancienne vie lui manque

Donald Trump pendant une cérémonie à Washington le 25 avril 2017.
Donald Trump pendant une cérémonie à Washington le 25 avril 2017. Andrew Harrer, Bloomberg, Getty Images

Dans une interview à l’agence Reuters, Donald Trump est revenu sur sa nouvelle vie de président, plus de 100 jours après son investiture à la Maison Blanche.

Publicité

Ah ! Le temps béni des soirées newyorkaises, de Mar-a-Lago et des virées en voitures jusqu'à pas d'heure. En devenant président, Donald Trump a renoncé à son ancienne vie de milliardaire, et avec elle, la liberté d’un citoyen (presque) comme les autres.

VOIR AUSSI : Donald Trump utilise désormais un iPhone comme téléphone personnel afin de réduire les risques de piratage

Plus de 100 jours après son arrivée à la Maison Blanche, le président américain reconnaît que "le job n’est pas facile". Dans une interview à Reuters jeudi 27 avril, Donald Trump est revenu sur sa nouvelle vie de président. Et apparemment, ce n'est pas aussi cool que ça en a l’air.

La Maison Blanche, une prison dorée ?

"J’adorais ma vie d’avant, j’adorais ma vie d’avant. Il se passait tellement de choses autour de moi", a expliqué le président américain à Reuters. "Je le reconnais, il y a plus de travail que dans mon ancienne vie. Je pensais que ce serait plus facile." L’ancien milliardaire, qui passe la plupart de son temps à la Maison Blanche a expliqué se sentir cloîtré dans le bureau ovale. Un sentiment de bulle sécuritaire dont beaucoup de présidents se sont déjà plaints.

"J’avais peu de vie privée dans ma vie d’avant, je suis connu depuis longtemps. Mais maintenant, j’ai encore moins d’intimité qu’avant. Vous savez, c’est quelque chose d’assez incroyable. Vous êtes vraiment coincé dans un cocon parce qu’avec toutes ces mesures de sécurité, vous ne pouvez aller nulle part." Quand Donald Trump quitte la Maison Blanche, c’est en limousine ou en van blindé. Pas facile, en effet, d’aller chercher sa baguette le matin en pyjama.

"J’aime conduire. Je ne peux plus conduire maintenant", a raconté le président américain aux journalistes de Reuters. Finies les virées en Mustang les cheveux aux vents avec Melania. Des regrets ? Allez courage, il reste un peu plus de trois ans et demi à tenir.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine