Accéder au contenu principal

Ankara bloque tous les accès Internet à Wikipedia en Turquie

Le président turc Erdogan, le 28 avril, durant un discours au sommet d'Istanbul 2017 du Conseil Atlantique.
Le président turc Erdogan, le 28 avril, durant un discours au sommet d'Istanbul 2017 du Conseil Atlantique. Ozan Kose, AFP

Depuis samedi matin, le site Wikipedia est bloqué en Turquie. Selon l'agence Anadolu, ce blocage fait suite au refus de Wikipedia de retirer des articles dans lesquels la Turquie serait "mise sur le même plan" que des groupes extrémistes.

Publicité

La Turquie a bloqué, samedi 29 avril, tous les accès Internet à l'encyclopédie Wikipedia, a annoncé Turkey Blocks, un organisme de surveillance en ligne.

La fermeture de l'accès en toutes langues du site en Turquie a été détectée à 5 h GMT, à la suite d'une mesure administrative des autorités, selon Turkey Blocks. 

Réagissant au blocage, le fondateur de Wikipedia, Jimmy Wales, a rappelé sur Twitter que "l'accès à l'information est un droit humain fondamental. Peuple turc, je serai toujours à vos côtés pour défendre ce droit".

L'Autorité des technologies de communication et d'information (BTK) a ensuite confirmé qu'elle avait appliqué cette mesure, sans toutefois la motiver. Selon l'agence de presse progouvernementale Anadolu, citant le ministère des Transports et des Télécommunications, les autorités ont pris la décision de bloquer le site après que Wikipedia a refusé de retirer des articles dans lesquels la Turquie serait "mise sur le même plan" que des groupes extrémistes et accusée de "collaborer" avec eux. Le blocage sera levé dès que ces articles auront été retirés, selon les autorités citées par Anadolu.

Les organisations visées n'ont pas été citées nommément, mais la Turquie réagit toujours très vivement à ce qu'elle assimile à de la "propagande terroriste" en faveur du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan engagé dans une sanglante lutte armée contre Ankara depuis 1984.

Certains critiques, dont des militants kurdes, accusent le pouvoir turc de parfois collaborer avec les jihadistes en Syrie, une allégation fermement rejetée par Ankara.

>> Référendum en Turquie : la justice refuse d'examiner le recours de l'opposition

Selon certains internautes, furieux, la raison de cette suspension pourrait aussi être l'abondance de critiques à l'égard du président Recep Tayyip Erdogan, à la suite de sa victoire au référendum du 16 avril, qui renforce son pouvoir personnel.

Les autorités turques n'en sont pas à leur coup d'essai. Elles ont à plusieurs reprises bloqué temporairement les accès aux réseaux sociaux, comme Facebook et Twitter, poussant certains internautes à utiliser VPN, qui permet de contourner ces blocages. Mais les utilisateurs de ce réseau privé virtuel se plaignent d'être parfois bloqués.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.