Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

La France de l'Occupation racontée par Pierre Assouline

En savoir plus

FOCUS

Une présence jihadiste, mais pas d'attentat : le cas singulier de l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"ONU : multilatéralisme vs. souveraineté"

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle réponse de l'Iran après l'attentat d'Ahvaz ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Harkis, une si longue attente"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Élysée enlisé dans la parodie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : le cap Bon sous les eaux

En savoir plus

Amériques

Facebook va embaucher 3 000 personnes pour filtrer les images violentes

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/05/2017

Vivement critiqué depuis la diffusion de plusieurs meurtres ou suicides sur Facebook Live, Mark Zuckerberg a annoncé, mercredi, l'embauche imminente de 3 000 personnes pour filtrer les contenus violents diffusés sur le réseau social.

Facebook a décidé de prendre le taureau par les cornes. Le réseau social va embaucher 3 000 personnes supplémentaires pour filtrer les contenus violents après plusieurs meurtres ou suicides en direct, a annoncé mercredi 3 mai Mark Zuckerberg, le fondateur du géant au près de deux milliards d'abonnés.

"Si nous devons bâtir une communauté sûre, il nous faut répondre rapidement (...) que ce soit répondre rapidement à quelqu'un qui a besoin d'aide ou supprimer une publication", a écrit Mark Zuckerberg sur sa page Facebook.

Suicide en direct

Cette annonce intervient au moment où facebook essuie de vives critiques, une semaine après qu'un Américain a revendiqué un meurtre  à Cleveland, grâce à l'outil Facebook Live. Fin avril, un Thaïlandais avait tué un bébé de 11 mois avant de se suicider en direct sur Facebook.

"Ces dernières semaines, nous avons vu des gens se faire du mal ou faire souffrir d'autres personnes sur Facebook. Cette année, nous allons recruter plus de 3 000 personnes dans le monde entier, en plus des 4 500 que nous employons déjà, afin de contrôler les signalements que nous recevons tous les jours, et répondre plus rapidement à la demande", a détaillé Mark Zuckerberg dans son post.

"Cela signifie qu'un bon tiers des effectifs de l'entreprise s'attellera à cette tâche", note Le Figaro, qui rappelle que 17 000 personnes travaillaient pour le géant américain fin 2016.

Avec AFP

 

Première publication : 03/05/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Aux États-Unis, chasse à l'homme suite à un meurtre diffusé sur Facebook

    En savoir plus

  • INTERNET

    Avec la réalité augmentée et virtuelle, Facebook veut être partout

    En savoir plus

  • INTERNET

    Google et Facebook victimes d'une arnaque à 100 millions de dollars

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)