Accéder au contenu principal
PRÉSIDENTIELLE 2017

#Resist : Greenpeace déploie une banderole anti-FN sur la tour Eiffel

La banderole de Greenpeace a été déployée vendredi 5 mai à l'aube.
La banderole de Greenpeace a été déployée vendredi 5 mai à l'aube. Geenpeace/ Pierre Baelen
|
Vidéo par : FRANCE 3
3 mn

À deux jours du second tour de la présidentielle, Greenpeace a déployé, vendredi matin, une banderole affichant la devise de la République "Liberté Égalité Fraternité" sur la tour Eiffel, pour "mettre en garde contre le projet de Marine Le Pen".

Publicité

Sur une banderole jaune, déployée vendredi 5 mai sur la tour Eiffel, était affichée la devise de la République : "Liberté, Égalité, Fraternité, #Resist Greenpeace". À deux jours du second tour de l'élection présidentielle française, douze membres de l'organisation écologiste sont parvenus à fixer une banderole de 300 mètres carrés sous le premier étage du site parisien, pour appeler à la résistance contre l'extrême droite, avant de se faire arrêter par les forces de police.

"Nous ne pouvons pas rester les bras croisés face au risque de voir le Front national accéder au pouvoir", justifie dans un communiqué le directeur général de Greenpeace France, Jean-François Julliard. "Nous lançons un cri d’alarme : nous refusons que le FN s’accapare et dévoie les valeurs universelles de la devise française en les enfermant derrière des frontières et en refusant qu’elles s’appliquent à toutes et tous", ajoute-t-il. "Les défendre est indispensable pour mener à bien notre combat environnemental", a-t-il encore déclaré.

Greenpeace est au nombre des 61 ONG et associations qui appelaient à faire barrage au Front national dans une tribune publiée le 30 avril dans le Journal du dimanche, pour "défendre les valeurs qui nous animent".

Sécurité renforcée

La Ville de Paris a dénoncé une action conduite "en toute illégalité", qu'elle "ne peut (...) que condamner". "Il n'est pas admissible qu'un monument comme la tour Eiffel, emblème de Paris, bien commun des Parisiens et de l'ensemble des Français, soit utilisé à des fins politiques", a-t-elle affirmé.

"Quelles que soient les motivations de cette action médiatique, elle révèle d’évidence, dans le contexte actuel, des dysfonctionnements dans le dispositif de sécurité de la tour Eiffel", a déclaré le préfet de police avant de convoquer une réunion avec la Ville de Paris et la Société d’exploitation de la tour Eiffel, qui est chargée de la sécurité.

Plusieurs mesures, d'application immédiate, ont été décidées à l'issue de cette réunion : les effectifs du centre de supervision de la tour Eiffel vont être renforcés, le nombre d'équipes cynophiles sur le site passera de deux à cinq et les patrouilles de police vont être augmentées, précise le communiqué de la préfecture.

Avec AFP et Reuters
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.