Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Elections locales en Côte d'Ivoire : bras de fer entre le PDCI et le RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Inondations en France : plusieurs morts dans l'Aude

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le vélo de retour à Cuba et les entrepreneurs burundais en province qui innovent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mo'Kalamity, ambassadrice capverdienne d'un reggae conquérant

En savoir plus

FOCUS

En Californie, une croisade anti-avortement après une décision de la Cour suprème

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Adlène Méddi : "1994, une année de basculement en Algérie"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Égypte : nouveau procès pour Ahmed Douma, icône de la révolution

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'enjeu sécuritaire des législatives en Afghanistan

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Luis Aguiriano : "Je ne pense pas que Manuel Valls sera maire de Barcelone"

En savoir plus

Découvertes

AdNauseam, l'extension qui clique sur toutes les pubs pour éviter que le Web vous profile

© Adnauseam

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 10/05/2017

L'extension clique automatiquement sur tous les publicités qui se présentent à vous – sans que ça ne vous gêne à l'écran par ailleurs. But : renvoyer des informations contradictoires et empêcher la création de votre portrait-robot en ligne.

Sur la Toile, à moins de penser à prendre ses dispositions, on n'avance jamais vraiment masqué. Ce sont les pages sur lesquelles vous cliquez et les traces (les cookies, également appelés "témoins de connexion") que vous laissez, au grè de votre navigation, qui forment la carte d'identité de l'internaute que vous êtes.

VOIR AUSSI : En plus de son VPN intégré, le navigateur Opera veut aussi être plus rapide au lancement

Pour brouiller les pistes, l'extension gratuite et open-source AdNauseam propose de cliquer automatiquement et artificiellement sur tous les publicités qui se présentent à vous – sans que ça ne vous gêne à l'écran par ailleurs. L'idée est de saturer les bases de données d'informations si denses et contradictoires qu'il devient impossible de créer un portrait-robot à partir de votre façon de déambuler dans les couloirs du Net.

Google n'aime pas cet outil anti-ciblage comportemental

Dans les années 2000, la publicité se contentait d'être contextuelle et c'était déjà pas mal : on vous proposait des sneakers parce que vous consultiez une page relative à l'actu du hip-hop, on vous soumettait un spot télévisé vantant les mérites d'une voiture lorsque vous vous trouviez sur une page de site automobile... C'est à la faveur de nouvelles techniques de recoupement qu'est arrivé le diabolique ciblage comportemental. Insidieuses, les publicités sont aujourd'hui nombreuses à apparaître sur nos écrans selon leur adéquation avec ce que nous avons laissé apparaître de nos goûts. Jamais autant depuis qu'Internet existe le marketing n'avait joui d'une segmentation aussi précise dans le goût des internautes.

"De nombreux acteurs œuvrent aujourd'hui à redonner leurs droits aux citoyens du Web"

Contre le tracking à tout va, les menaces qui pèsent sur la vie privée en ligne et les publicités ciblées, de nombreux acteurs œuvrent aujourd'hui à redonner leurs droits aux citoyens du Web qui refusent notre société de surveillance. De ce point de vue, AdNauseam rejoint la longue et brave liste de programmes servant à soutenir une cause éthique, pour un Web plus libre et moins soumis à l'économie de marché.

Sauf qu'aujourd'hui, et depuis 129 jours à l'heure où nous écrivons ces lignes, l'extension n'a plus droit de cité dans le Web Store de Chrome. Pour Google, l'objectif est plutôt de proposer son propre bloqueur de pub, une version pour sûre moins activiste que celle d'AdNauseam qui ne se contente pas de masquer les publicités mais cherche également à invisibiliser l'internaute du scan du tout-marchand. En fait, si la firme de Moutain View supprime l'accès à un outil aussi brillant et tente d'en développer un autre en interne, c'est bien parce qu'elle a conscience qu'elle a un intérêt tout stratégique à contenter ses utilisateurs avec une extension moins militante. Pendant que l'hégémonie de Google prouve toujours qu'elle est ce qu'elle est, et qu'elle compte bien rester fidèle à elle-même, les développeurs d'AdNauseam, eux, ne désespèrent pas et militent pour le retour de leur libérateur outil.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 10/05/2017