Accéder au contenu principal

Grâce à la trithérapie, l'espérance de vie des malades du sida a augmenté de 10 ans

Une équipe mobile procède à un test de dépistage du sida, le 23 septembre 2013, à Paris.
Une équipe mobile procède à un test de dépistage du sida, le 23 septembre 2013, à Paris. AFP

Selon une étude publiée jeudi dans la revue médicale britannique The Lancet HIV, l'espérance de vie des séropositifs en Europe et en Amérique du Nord a augmenté d'environ 10 ans depuis l'introduction des trithérapies en 1996.

Publicité

L’introduction de la trithérapie en 1996 a permis aux personnes malades du sida en Europe et aux États-Unis de prolonger leur espérance de vie de dix ans. C’est ce que révèle une étude publiée jeudi 11 mai dans la revue britannique The Lancet HIV.

Cette amélioration signifie que de nombreux patients atteints du sida ont désormais la même espérance de vie que la population générale, précise ce rapport issu d'un réseau d'observation international piloté par l'université britannique de Bristol.

Selon les chercheurs, ces progrès sont principalement liés au développement d'associations médicamenteuses moins toxiques, d'un choix de traitement plus large pour les personnes infectées par des souches résistantes du virus et d'une meilleure observance des protocoles de soins.

Une espérance de vie proche de la moyenne européenne

L’espérance de vie d’un patient de 20 ans qui a commencé son traitement à partir de 2008 et n'est pas décédé durant la première année, atteint aujourd’hui 73 ans chez les hommes et 76 chez les femmes. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande le début du traitement le plus tôt possible après le diagnostic de séropositivité.

Les combinaisons d'antirétroviraux, ou trithérapies, ont commencé à être utilisées en 1996. Elles associent trois substances ou davantage pour empêcher le virus VIH de se reproduire et stopper les dommages qu'il cause au système immunitaire.

Cette étude se base sur les données de 88 504 patients de 18 pays d'Europe et d'Amérique du Nord qui ont entamé un traitement par antirétroviraux entre 1996 et 2010.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.