Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

"Davos du désert" à Riyad entre tensions et contrats

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Stéphane Troussel : "L'État est défaillant en Seine-Saint-Denis"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Joachim Son-Forget : "Je ne suis pas déçu par l'action du président"

En savoir plus

FOCUS

Suicide d'agriculteurs en France : l'épidémie silencieuse

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Romain Duris : "On ne me connaît pas en dehors de mes rôles, et tant mieux"

En savoir plus

L’invité du jour

Annick Girardin : le référendum en Nouvelle-Calédonie est "historique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Caravane des migrants : Trump "ne fait qu'empirer les choses"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Khashoggi : "Le prince et le meurtre"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Luis Almagro : "Une enquête sur le Venezuela doit être ouverte à la CPI"

En savoir plus

FRANCE

Emmanuel Macron à ses candidats : "Nous sommes condamnés à réussir !"

© Lionel Bonaventure, AFP (archives) | Emmanuel Macron au soir de sa victoire à l'élection présidentielle.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/05/2017

Le président élu Emmanuel Macron a réuni samedi les candidats investis par son mouvement La République en marche au Musée du quai Branly, à Paris, en vue de livrer sa feuille de route pour les législatives.

"Vos visages, ce que vous représentez", cela "n'a encore jamais existé dans notre pays", a lancé Emmanuel Macron, samedi 13 mai, aux quelques 428 candidats investis par son mouvement La République en marche (LREM), venus assister à une réunion préparatoire en vue des législatives, au Musée du quai Branly, à Paris.

"Vous avez une responsabilité immense", a souligné le président élu. "Nous sommes condamnés à réussir !"

Sans attendre la liste complète du mouvement présidentiel, les candidats étaient conviés samedi pour "faire une grande photo de famille" et "travailler sur la manière de faire campagne", a-t-on expliqué dans l'équipe d'Emmanuel Macron, avec notamment des explications techniques et financières d'autant plus nécessaires que plus de la moitié des investis n'ont jamais exercé de mandat électif.

Les tensions avec le MoDem au centre des discussions

À leur arrivée, certains responsables ont regretté le "pataquès" des investitures avec le MoDem, que François Bayrou a annoncée résolu dans la nuit. "On savait que les discussions avec le MoDem étaient facteur de tension (...) c'est une négociation assez classique, mais c'est dommage d'avoir fait un pataquès public", regrettait un député proche du nouveau président.

"Aujourd'hui, les choses sont apaisées. Des solutions ont été trouvées", a souligné Benjamin Griveaux, porte-parole de LREM, évoquant "une tempête dans un verre d'eau".

François Bayrou, allié à d'Emmanuel Macron depuis février, avait annoncé dans la nuit de vendredi à samedi un projet d'accord "solide et équilibré", au terme d'une réunion de travail de plus de quatre heures des responsables du MoDem, en contact avec des responsables LREM. Une liste d'investitures devait encore être formellement avalisée, mais le maire de Pau, qui avait refusé jeudi de donner son "assentiment" à la première version en estimant que son mouvement avait été lésé, était optimiste.

"Pas d'accord d'appareil" pour Richard Ferrand

Le secrétaire général de La République en marche et bras droit du président Macron, Richard Ferrand a démenti samedi tout accord d'appareil avec le MoDem.

"Ce qui est en marche, c'est l'examen des propositions de candidatures complémentaires par la commission nationale d'investiture que nous a fait parvenir le MoDem, comme la République en marche a pu le faire de son côté également", a précisé Richard Ferrand.

Avec AFP

Première publication : 13/05/2017

  • FRANCE

    Les "leçons" de Tony Blair à Emmanuel Macron

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES 2017

    Faire exploser Les Républicains se révèle plus dur que prévu pour Emmanuel Macron

    En savoir plus

  • FRANCE

    Législatives : un accord "solide et équilibré" trouvé entre Bayrou et Macron

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)