Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Bon courage, M. Macron"

Capture d'écran France 24

Au menu de cette revue de presse française du lundi 15 mai : la première journée de la présidence Macron, marquée par la nomination attendue du nouveau Premier ministre et une rencontre avec Angela Merkel à Berlin.

PUBLICITÉ

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
À la une de la presse française, ce matin, la première journée de la présidence Macron.
 
Après avoir pris ses fonctions hier, le nouveau président est désormais officiellement «en charge». Au programme de cette première journée: la nomination du nouveau Premier ministre, et une rencontre à Berlin avec Angela Merkel, d’après Les Échos, qui évoquent «le coup de neuf» de cette présidence Macron. «Adieu, l’omniprésence à la Sarkozy, adieu la présidence normale à la Hollande!», annonce 20 minutes, qui parle d’un «changement d’ère», même si Emmanuel Macron a aussi renoué, hier, avec «les figures classiques de la fonction de chef de l’État». Lors des cérémonies d’investiture, le nouveau président a affirmé que la France se trouvait «à l’orée d’une renaissance extraordinaire», en disant vouloir redonner aux Français «le goût de l’avenir». Une déclaration saluée par La Croix, qui relève aussi la façon dont Emmanuel Macron «a cité nommément tous ses prédécesseurs à la tête de l’État, et salué chaque fois un trait distinctif de leur action». «En soulignant ainsi la dimension de continuité de notre histoire, écrit le journal, il a donné de la consistance à sa volonté de réconcilier et rassembler l’ensemble des Français».
 
D’après Le Parisien, «les choses sérieuses commencent maintenant». «Il faut que ça marche», prévient le journal, qui dit sentir qu’«il se passe quelque chose, quoiqu’on en dise, quelque chose comme la fin d’une période glaciaire, une espèce de décongélation politique qui fait croire aux Français, d’habitude tellement pessimistes, que tout est possible». «Bon courage», lance Libération au nouveau président, en reprenant le message de François Hollande à son successeur, alors qu’il quittait l’Élysée. Libé évoque la journée d’hier comme un «impeccable sans-faute», exécuté par un président à la «modernité d’un classicisme désarmant». Un message d’encouragement partagé par Le Figaro. «Le nouveau président veut remettre la France sur le chemin de la confiance et de la prospérité : souhaitons qu’il réussisse», écrit le journal, qui passe en revue les «défis» qui attendent Emmanuel Macron.
 
Mais commençons par le début. L’Élysée, on l’a dit, doit faire connaître le nom du nouveau Premier ministre dans la journée et la composition de son gouvernement demain. Toujours selon Le Figaro, «le casting gouvernemental» serait en train de prendre forme. Le journal parle d’un «savant Meccano», articulé autour du souhait d’Emmanuel Macron de «casser les codes» et de «changer de paradigme». D’après le journal, le nom du maire du Havre, le LR et juppéiste Édouard Philippe reviendrait «avec insistance» pour Matignon – scénario qui permettrait à Emmanuel Macron de lancer la «dislocation de la droite». Pour le reste, je vous propose d’attendre demain.
 
Emmanuel Macron doit rencontrer Angela Merkel dès ce soir. D’après Le Figaro, la refondation européenne promise durant sa campagne «ne se fera pas (pour autant) dès demain». Jean-Claude Juncker, le président de la Commission, a d’ailleurs déjà mis en garde le président de « réfléchir à deux fois avant de se lancer comme un desperado dans la jungle ». Le journal affirme que même s’ils se sont réjouis de l’élection d’Emmanuel Macron, la plupart des partenaires européens de la France attendent surtout et avant tout «qu’elle remette d’abord de l’ordre dans ses comptes, après des années de promesses non tenues sur le redressement de ses finances publiques». Bref, résume encore Libération, Emmanuel Macron «doit encore séduire Bruxelles et Berlin», qui n’auraient, eux, «manifestement pas décidé de changer de logiciel», contrairement à ce qui serait en cours en France.
 
Voilà, c’est fait, Emmanuel Macron a endossé son costume de président. Un costume dont le coût a été divulgué hier par son service de communication. Le Huffington Post s’amuse de ce que ce dernier a communiqué hier une foule d'informations, des plus importantes, comme la nomination d’Alexis Kohler au secrétariat général de l’Élysée, «jusqu'aux plus triviales», et notamment, donc, le coût du costume porté par le nouveau président. Un costume acheté dans un magasin parisien pour 450 euros «environ». Pourquoi communiquer sur les vêtements du président, mais aussi sur ceux de son épouse? Pour «gommer son image de banquier d'affaires et inscrire son quinquennat sous le signe de la sobriété», d’après le site, qui explique aussi que l'équipe d'Emmanuel Macron «a voulu apporter des gages de transparence et de sobriété après les remous du PenelopeGate et du scandale des costumes sur mesure offerts à François Fillon». Le candidat malheureux de la droite à la présidentielle, dont l’ami et patron de la Revue des deux mondes, Marc Ladreit de Lacharrière, 23ème fortune française, a été mis en examen, vendredi, pour « abus de biens sociaux » dans le cadre de l’affaire des emplois présumé fictifs de son épouse, selon les révélations du Journal du Dimanche, reprises ce matin par Libération.
 
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.