Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

Affaire Carlos Ghosn : quel avenir pour l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ivanka Trump doit-elle aller en prison ?"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Carlos Ghosn, zéro de conduite"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sur un navire en Lybie, 79 migrants refusent de débarquer à Misrata

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "gilets jaunes", des réseaux sociaux à la rue

En savoir plus

LE DÉBAT

Mouvement des "gilets jaunes" : le carburant des extrêmes ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Jean-Claude Juncker : "Nous entretenons des relations difficiles avec l’administration Trump"

En savoir plus

FOCUS

23 millions de candidats, 127 000 postes : Indian Railways recrute !

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Enrico Letta : "Aucun accord de Brexit ne peut réunir une majorité au Parlement britannique"

En savoir plus

Asie - pacifique

Ouverture du procès pour corruption de l'ancienne présidente Park Geun-Hye

© Ahn Young-joon, AFP | Le procès de Park Geun-Hye pour corruption devrait durer plusieurs mois.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/05/2017

Extorsion, abus de pouvoir, fuite de documents confidentiels. L'ex-présidente de Corée du Sud Park Geun-Hye doit répondre à partir de mardi de 18 chefs d'accusation dans la retentissante affaire de corruption qui a précipité sa destitution.

À l'ouverture de son procès pour corruption à Séoul, Park Geun-Hye est arrivée, mardi 23 mai, la mine sombre, sans maquillage, les mains menottées et arborant son matricule de détenue. Il y a quelques semaines encore, l'ancienne présidente vivait encore à la "Maison bleue", le siège de la présidence, prêtant beaucoup d'attention à son apparence physique.

Ce procès, qui devrait durer des mois, est un nouvel opus de la saga qui a commencé l'été dernier et qui a précipité la descente aux enfers de Park Geun-Hye, une fille de dictateur qui a été démocratiquement élue avant d'être destituée en mars par la plus haute juridiction du pays.

"Je n'ai pas de profession"

"Prévenue Park Geun-Hye, quel est votre profession?", a demandé le président du tribunal, Kim Se-Yun. "Je n'ai pas de profession", a-t-elle répondu.

Celle qui fut considérée pendant des décennies comme "la princesse" politique du pays - elle a grandi dans la palais présidentiel où son père, le dictateur militaire Park Chung-Hee a régné en maître de 1961 jusqu'à son assassinat en 1979 - a été destituée en décembre par le Parlement en raison de son implication dans le scandale qui tourne autour de sa conseillère occulte, Choi Soon-Sil, à qui elle aurait fourni des documents secrets d'État. "Park Geun-Hye ne lui a pas adressé le moindre regard sur le banc des accusés", précise depuis Séoul Frédéric Ojardias, correspondant RFI pour France 24. 

Choi Soon-Sil, qui n'occupait aucune position officielle dans l'administration, est accusée d'avoir profité de ses relations avec l'ex-présidente pour extorquer, en échange de faveurs politiques, près de 70 millions de dollars aux grands conglomérats du pays. L'héritier de Samsung Lee Jae-Yong et le président de Lotte Shin Dong-Bin sont également poursuivis.

"Le procès du système"

Le procès pourrait d'ailleurs permettre de mieux comprendre les relations entre Park Geun-HyePark et les dirigeants des grands groupes familiaux qui dominent la quatrième économie d'Asie.

Ce "procès du siècle", selon l'expression du procureur spécial Park Young-Soo, intervient deux semaines après l'élection de l'ancien avocat de centre-gauche Moon Jae-In lors de la présidentielle anticipée. C'est aussi le procès du sytème, estime Frédéric Ojardia, qui rappelle qu'il s'agit de la troisième ex-présidente jugée pour corruption après Chun Doo-Hwan et Roh Tae-Woo, condamnés dans les années 1990. Le scandale avait mis en lumière les accointances malsaines entre les élites économique et politique du pays, autre héritage du règne de Park Chung-Hee.

La présidente déchue, qui dément toute malversation et accuse son ancienne confidente d'avoir abusé de leurs liens d'amitié, risque la prison à vie.

Avec AFP

 

Première publication : 23/05/2017

  • CORÉE DU SUD

    Corée du Sud : la destitution de la présidente Park Geun-hye confirmée par la Cour constitutionnelle

    En savoir plus

  • CORÉE DU SUD

    Corée du Sud : destituée, Park Geun-hye a quitté le palais présidentiel

    En savoir plus

  • CORÉE DU SUD

    Le nouveau président sud-coréen, Moon Jae-in, prend ses fonctions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)