Accéder au contenu principal

Washington a commencé à livrer des armes aux combattants kurdes en Syrie

Des membres des FSD, mêlant arabes et kurdes, à l'entrée de la ville de Tabqa en Syrie, le 12 mai 2017.
Des membres des FSD, mêlant arabes et kurdes, à l'entrée de la ville de Tabqa en Syrie, le 12 mai 2017. Delil Souleiman, AFP

Les États-Unis ont annoncé mardi avoir livré des armes à l'alliance de combattants arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS), qui préparent une offensive contre les jihadistes de l'EI à Raqqa, en Syrie.

Publicité

Les États-Unis ont commencé à livrer des armes aux combattants kurdes qui luttent contre l'organisation État islamique (EI) dans le nord de la Syrie, a annoncé mardi 30 mai le Pentagone, concrétisant une promesse qui provoque la colère de la Turquie.

"Nous avons commencé à livrer des armes légères et des véhicules aux éléments kurdes" des Forces démocratiques syriennes (FDS), qui sont une alliance arabo-kurde combattant les jihadistes de l'EI, a déclaré le porte-parole du Pentagone, Adrian Rankine-Galloway.

>> À lire : Trump assure Erdogan du soutien américain contre les kurdes du PKK

Offensive en préparation sur Raqqa

La livraison de ces armes a lieu en amont d'une offensive en préparation sur la ville de Raqqa, la capitale de facto de l'EI en Syrie. Les FDS se trouvent désormais à quelques kilomètres de la ville, qui fait l'objet d'une tentative d'encerclement depuis le mois de novembre.

Ils comptent dans leurs rangs les puissantes milices kurdes YPG (Unités de protection du peuple), que la Turquie considère comme une émanation du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), formation considérée comme terroriste par Ankara.

Selon la coalition soutenue par les États-Unis, entre 3 000 et 4 000 jihadistes seraient encore présents dans Raqqa, où ils renforcent leurs défense dans l'attente de l'offensive alliée.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.