Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Découvertes

Il existe une loi qui interdit à Donald Trump de supprimer ses tweets

© Jim Lo Scalzo/Pool/Getty Images | Donald Trump lors de sa première "covfefe" au Congrès américain.

Texte par Benjamin BRUEL

Dernière modification : 31/05/2017

Durant de très longues heures, Donald Trump a laissé en ligne son tweet contenant le terme énigmatique "covfefe", avant de le supprimer. Une loi américaine vieille de 40 ans oblige pourtant l'archivage des écrits du président des États-Unis.

Donald Trump a fait encore des siennes sur Twitter. Dans un tweet publié dans la nuit de mardi à mercredi, le président des États-Unis avait (encore) la ferme intention de critiquer les médias. Mais il s’est planté et a finalement publié une phrase incomplète se concluant par le terme "covfefe", ce qui a fait beaucoup rire Internet.

VOIR AUSSI : Donald Trump ajoute "covfefe" dans un tweet et Internet retourne à l'état sauvage

Durant de longues heures, tout le monde s'est interrogé : pourquoi Donald Trump laissait-il en ligne ce tweet incompréhensible ? Probablement parce que le président américain dormait, puisque le tweet avait été publié à 00 h 06, heure de Washington.

Une loi vieille de 40 ans pourrait obliger Trump à conserver ses tweets

En réalité, quand Donald Trump ou un membre de son équipe suppriment un tweet, ils sont peut-être en train de violer une loi fédérale vieille de près de 40 ans. C'est en tout cas ce qu'estiment deux membres du Congrès américain qui, en mars dernier, ont envoyé une lettre à la Maison Blanche concernant les pratiques de l’administration Trump en matière de communication. Ils pointaient notamment le manque de transparence et de prudence dans l’utilisation des réseaux sociaux par l'équipe en place à Washington.

Dans cette lettre, le républicain Jason Chaffetz et le démocrate Elijah Cummings expliquaient ainsi que l’habitude de Trump de supprimer ses tweets mal orthographiés constituait "une violation du Presidential Records Act" (PRA). Cette loi, datant de 1978, encadre la préservation des prises de paroles – physiques ou numériques – du président des États-Unis.

"Nombre des messages envoyés par les comptes présidentiels peuvent faire partie des registres présidentiels", expliquent-ils, faisant tant référence au compte @POTUS qu’au compte personnel @realDonaldTrump. "Néanmoins, nous avons appris que le président Trump a supprimé des tweets et si ceux-ci n’ont pas été archivés, cela pourrait être une violation du Presidentiel Records Act."

Supprimer des tweets mal orthographiés est devenu une habitude pour le président américain. Mais cela commence à devenir assez voyant. En mars, il avait notamment mal orthographié, à plusieurs reprises, le terme "hereby", qui signifie littéralement "par la présente".

Durant l’ère Obama, l’équipe de la Maison Blanche avait mis en place un système de sauvegarde automatique des tweets supprimés. Donald Trump fera peut-être la même chose, si l'affaire du tweet avec "covfefe" déclenche une nouvelle levée de boucliers chez les sénateurs américains.

Ou alors, peut-être qu'il n’en a vraiment rien à carrer. C’est une possibilité qu’il ne faut pas laisser de côté.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 31/05/2017