Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"First Man", Ryan Gosling dans les pas de Neil Armstrong

En savoir plus

L’invité du jour

Reed Brody : "C’est la jurisprudence Pinochet qui a permis le procès d'Hissène Habré"

En savoir plus

FOCUS

Quelles alternatives à la prison pour les condamnés ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le marché florissant du cannabis

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le Premier ministre australien et Jérusalem"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Daphne Caruana Galizia, assassinée il y a un an"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Élections locales en Côte d'Ivoire : bras de fer entre le PDCI et le RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Comment expliquer l'ampleur des inondations meurtrières dans l'Aude ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le vélo de retour à Cuba et les entrepreneurs burundais en province qui innovent

En savoir plus

Découvertes

Le premier robot prêtre nous rappelle à quel point on ne peut plus avoir foi en l'humanité

© EKHN

Texte par Chloé ROCHEREUIL

Dernière modification : 31/05/2017

Une paroisse protestante allemande vient de se doter d'un robot prêtre. BlessU-2, c'est son nom, connaît quelques versets de la Bible et peut donner des bénédictions. Amen.

Il a le nom d’un groupe tout droit sorti de "Popstars" : BlessU-2 est aussi le premier robot prêtre. Il a donné ses premières bénédictions dans la ville de Wittemberg, en Allemagne, dans le cadre d’une exposition célébrant le 500e anniversaire de la réforme protestante.

VOIR AUSSI : Pendant ce temps-là en Chine, un robot-moine convertit les hommes au bouddhisme

BlessU-2 connaît une quarantaine de versets de la Bible, et peut donner la bénédiction dans sept langues, avec une voix masculine ou féminine. Autre particularité : ses mains s’allument quand il lève les bras pour s’adresser aux croyants. Pas mal, pour un prêtre construit à partir d’un vieux distributeur de billets.

Ça y est, les robots ont même achevé les prêtres ?

L’église protestante de Hesse et Nassau, à l’origine du projet, assure vouloir "stimuler le débat" avec son nouveau robot et "réfléchir au futur de l’Église dans un monde rempli d’objets électroniques". Et pourtant, pas question de remplacer les prêtres humains par des robots. "Les croyants n’ont pas à s’inquiéter, le clergé ne sera pas remplacé par des machines. Nous savons que les robots ne pourront jamais se substituer à la tendresse pastorale", assure l’église dans un communiqué de presse.

Il faut dire que le robot prêtre n’est pas encore tout à fait au point. Deux tiges noires en guise de sourcils – ambiance QG de François Fillon le soir du premier tour – et un écran LED qui module en guise de bouche, BlessU-2 a encore du chemin à faire côté anthropomorphisme. Même constat cinglant pour sa "robe de prêtre", en carton et en tôle.

L’église de Hesse et Nassau assure que le robot a déjà séduit les foules. Il aurait donné plus de 600 bénédictions la première semaine de l’exposition, au point de devoir être refroidi par un ventilateur. 

BlessU-2 sera visible à l’exposition de Wittemberg jusqu’en septembre prochain.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 31/05/2017