Accéder au contenu principal

Législatives 2017 : "match plié" mais pas de "Macron-mania"

Le président Emmanuel Macron, le dimanche 11 juin, au Touquet.
Le président Emmanuel Macron, le dimanche 11 juin, au Touquet. Philippe Huguen, AFP

Emmanuel Macron a "plié le match" dès le premier tour des législatives, constate la presse française, lundi. Elle estime toutefois que l'abstention record de 51,29 % empêche de parler d'une "Macron-mania".

Publicité

"Macron en marche vers une majorité écrasante" (Le Figaro), "Macron plie le match" (L'Opinion), "Un coup de maître" (Le Parisien), "L'OPA" (Libération). Les titres des quotidiens nationaux de ce lundi 12 juin ne laissent aucun doute sur la couleur de la future Assemblée, une "chambre bleu Macron" décrit L'Humanité.

"Qui l'eût cru ? Qui l'eût dit ? Une formation politique qui n'existait pas il y a deux ans est donc en passe de rafler une insolente majorité à l'Assemblée nationale, bouleversant du même coup un paysage politique que l'on a longtemps pensé immuable", commente Paul-Henri du Limbert dans Le Figaro.

Avec 32,32 % des voix et des projections en sièges prédisant entre 400 et 455 députés (sur 577) pour La République en marche, "Macron peut se saisir de tous les pouvoirs", estime Laurent Joffrin pour Libération.

C'est "la victoire totale de la stratégie du renouvellement promise" par le chef de l'État, note Laurent Bodin de L'Alsace. "Le raz-de-marée annoncé dimanche prochain sonne comme un quitus donné par les Français", souligne Christophe Hérigault dans La Nouvelle République du Centre.

"L'abstention sort vainqueur"

Mais ce blanc-seing ne signifie toutefois pas une adhésion totale au projet.

"Ni ses 24 % du premier tour de l'élection présidentielle, ni les 50 % d'abstention de ce dimanche ne doivent donner l'illusion d'une France convertie à la 'Macron-mania'", insiste Nicolas Beytout dans L'Opinion.

"Le taux d'abstention record et le chamboulement auquel on assiste témoignent d'une très grande versatilité, voire d'une défiance, du corps électoral", met en garde Patrice Chabanet du Journal de la Haute-Marne.

Pour L'Humanité, "l'abstention sort vainqueur" du scrutin, avec un niveau record de 51,29 %. Patrick Apel-Muller estime dans le quotidien communiste que "tout s'est additionné pour éloigner des urnes une majorité de Français".

"Pour gouverner, il vaut mieux pouvoir compter sur une adhésion nette à son projet et avoir l'opposition au Parlement plutôt que dans la rue. Pour l'instant, on n'a ni l'un ni l'autre", constate Michel Urvoy dans Ouest-France.

Au sein de la future Assemblée nationale, "Emmanuel Macron court le risque d'obtenir une majorité pléthorique, donc un peu compliquée à tenir", avertit Cécile Cornudet dans Les Échos.

Pour ces nouveaux élus, le défi consiste à "ne pas se contenter d'être à l'Assemblée nationale les 'godillots' du renouveau", explique François Ernenwein dans La Croix.

Avec AFP

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.