Accéder au contenu principal

Maroc : contestation dans le Rif et grève générale à Al-Hoceïma, toujours mobilisé

Des manifestants dans les rues de Al-Hoceïma, dans le nord du Maroc, le 31 mai 2017.
Des manifestants dans les rues de Al-Hoceïma, dans le nord du Maroc, le 31 mai 2017. Fadel Senna, AFP

La grève générale a été largement suivie jeudi à Al-Hoceïma, dans le nord du Maroc, où les manifestations pour réclamer la libération du leader de la contestation locale se poursuivent à un rythme quotidien.

Publicité

Un mot d'ordre de grève générale a été largement suivi jeudi 1er juin à Al-Hoceïma, dans le nord du Maroc. Comme à chaque nuit tombée depuis presque une semaine, les manifestants se sont rassemblés dans le quartier Sidi Abed, proche du centre-ville.

Ils étaient près de 2 000 à exiger la "libération des prisonniers", brandissant en tête de cortège une banderole avec le portrait du leader emprisonné de la contestation, Nasser Zefzafi. Le rassemblement s'est déroulé sans incident, pour s'achever peu avant minuit.

>> À lire sur France 24 : "Nasser Zefzafi, le visage de la grogne nord-marocaine"

En milieu d'après-midi, la quasi-totalité des magasins du centre-ville ont observé une grève générale, là aussi pour exiger la remise en liberté des activistes du "hirak" (la mouvance), nom donné à ce mouvement qui lutte pour le "développement" du Rif, région qu'il estime marginalisée.

L'annonce de la grève générale avait été lancée sur les réseaux sociaux par le numéro deux du "hirak", Najib Ahmajik, actuellement en fuite. "Aujourd'hui toute la population est en grève. C'est un message à notre roi Mohammed VI pour qu'il intervienne à Hoceïma", a lancé un gréviste. La grève a été très suivie dans les villes voisines d'Imzouren et Beni Bouyaach, selon un habitant joint au téléphone par l'AFP. Une importante manifestation a également eu lieu à Imzouren et ses environs, selon des images diffuses sur les réseaux sociaux. Des sit-in et rassemblements de "solidarité" ont été organisés ailleurs dans le royaume, dont plusieurs ont été dispersés violemment par la police, à Rabat, Casablanca et Meknès.

>> À voir sur France 24 : "Tensions dans le Rif : les raisons de la colère"

Le Rif en effervescence

Selon un décompte officiel, la police a procédé depuis vendredi à une quarantaine d'arrestations, visant essentiellement le noyau dur du "hirak". Vingt-cinq des personnes arrêtées ont été déférées devant le parquet. Leur procès s'est ouvert mardi, mais a été reporté au 6 juin. Selon la presse marocaine, certains des suspects, qui avaient été transférés à Casablanca, ont pu recevoir jeudi la visite de leurs avocats, à l'exception de Zefzafi.

>> À voir sur France 24 : "Le Maroc fait face à un désespoir social et économique"

Après un long mutisme, la classe politique est sortie de son silence. Les chefs des partis de la majorité ont appelé "le gouvernement à davantage d'interaction positive avec les revendications des habitants", selon l'agence de presse MAP (officielle). Le Premier ministre islamiste Saad-Eddine Al-Othmani, qui s'est entretenu du sujet avec le ministre de l'Intérieur, a assuré que la région "est au cœur des préoccupations du gouvernement".

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.