Accéder au contenu principal
LÉGISLATIVES 2017

Législatives 2017 : raz-de-marée LREM chez les Français de l’étranger

Un électeur dépose son bulletin à l'ambassade de France à Washington, samedi 6 mai 2017, pour le second tour de l'élection présidentielle.
Un électeur dépose son bulletin à l'ambassade de France à Washington, samedi 6 mai 2017, pour le second tour de l'élection présidentielle. Nicholas Kamm, AFP
4 mn

Premiers appelés à se rendre aux urnes pour le premier tour des législatives, samedi 3 et dimanche 4 juin, les Français de l’étranger ont plébiscité les candidats de La République en marche dans la quasi-totalité de leurs onze circonscriptions.

Publicité

Des candidats à plus de 50 % des voix, voire même parfois plus de 60 %, des sortants ayant pourtant une forte notoriété nettement distancés... c’est une vague La République en marche (LREM) qui s’est abattue sur les onze circonscriptions des Français établis hors de France, samedi 3 et dimanche 4 juin, à l’occasion du premier tour des élections législatives. Des résultats qui confirment le carton d’Emmanuel Macron à l'étranger lors de la présidentielle (40 % au premier tour, 93 % au second).

Faute de participation suffisante (seulement 19,1 % des inscrits), aucun candidat LREM n’a été élu dès le premier tour, avancé spécialement d’une semaine à l’étranger afin de donner plus de temps aux candidats qualifiés pour le second tour de faire campagne dans des circonscriptions qui recouvrent plusieurs pays, mais l’issue du scrutin laisse peu de place au suspense. Selon les résultats officiels publiés lundi soir par le ministère des Affaires étrangères, le parti créé par Emmanuel Macron il y a un peu plus d’un an pourrait réaliser un sans-faute chez les Français de l’étranger en s’emparant des onze circonscriptions, mettant ainsi au tapis tous les députés sortants qui se représentaient.

La démonstration de force est particulièrement saisissante dans la 3e circonscription (Europe du Nord) où le candidat LREM, Alexandre Holroyd, a obtenu 57,80 % des suffrages, mettant la députée socialiste sortante et ancienne secrétaire d’État au Numérique, Axelle Lemaire, K.O. debout (9,83 %). Cette dernière n’a d’ailleurs pas caché sa déception, lundi, sur Twitter, en répondant à une internaute qui lui demandait les résultats dans sa circonscription, "Ce n’est pas moi qui les donnerai, cela me fait trop de peine".

Même scénario dans la 6e circonscription, qui regroupe la Suisse et le Lichtenstein, où le candidat LREM, Joachim Son-Forget, est arrivé en tête avec 63,55 % des voix, tandis que la députée sortante, Claudine Schmid (Les Républicains), a plafonné à 15,76 %.

Meyer Habib, seul député sortant capable de sauver son siège

Figure du parti Les Républicains, Thierry Mariani est lui aussi en passe d’être battu dans la 11e circonscription (Asie et Océanie). Il n’a recueilli que 18,78 % des voix, se retrouvant nettement distancé par la candidate LREM Anne Genetet (54,11 %). En guise de réaction, l’ancien secrétaire d’État aux Transports de Nicolas Sarkozy s’est permis d’inscrire un très énigmatique "Bientôt libre" dans la géolocalisation de son compte Twitter.

>> À lire : Au Havre, ville d'Édouard Philippe, la chasse aux électeurs de Macron

Autre réaction : celle de l’ancien porte-flingue de Nicolas Sarkozy, Frédéric Lefebvre (14,53 %), candidat LR à sa réélection dans la 1ere circonscription (Amérique du Nord), qui a regretté un "sabotage du vote par correspondance", estimant visiblement que la non-comptabilisation de plusieurs milliers de bulletins de vote était à l’origine du gouffre qui le sépare du candidat LREM, Roland Lescure (57,53 %).

Même lorsque La République en marche n’a officiellement investi aucun candidat comme dans la 9e circonscription (Afrique du Nord et Afrique de l’Ouest), ce sont deux "marcheurs" revendiqués qui ont été plébiscités. Laïla Aïchi (20,29 %) avait été désignée candidate LREM avant de voir son investiture lui être retirée en raison de ses positions sur le Sahara occidental, tandis que M’Jid El Guerrab (18,93 %) a reçu le soutien écrit de la présidente par intérim de LREM, Catherine Barbaroux, en fin de semaine dernière.

>> À lire : Mounir Mahjoubi, le "geek" du gouvernement symbole de La République en marche

Il n’y a finalement que dans la 8e circonscription (Chypre, Grèce, Israël, Italie, Malte, Saint-Marin, Saint-Siège, Turquie) qu’un candidat non étiqueté LREM pourrait l’emporter. Si la candidate pro-Macron Florence Drory est arrivée en tête du scrutin avec 36,73 % des voix, le député UDI sortant, Meyer Habib, deuxième avec 35,51 % et qui a reçu le soutien officiel de Benjamin Netanyahou, peut espérer sauver son siège lors du second tour, prévu comme en France le week-end du dimanche 18 juin.

>> Consultez les résultats complets sur le site du ministère des Affaires étrangères

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.