Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

Asie - pacifique

Attentat dans le quartier diplomatique de Kaboul : le bilan s'élève à 150 morts

© Shah Marai, AFP | Des dizaines de personnes ont péri dans l'attentat au camion piégé qui a frappé Kaboul, le 31 mai.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/06/2017

Six jours après l'attaque au camion piégé dans le quartier diplomatique de la capitale afghane, le nombre de victimes continue de s'alourdir, avec 150 morts. Il s'agit de l'attaque la plus sanglante en 15 ans à Kaboul.

"Plus de 150 fils et filles d'Afghanistan, innocents, ont été tués et plus de 300 blessés ont été hospitalisés avec des brûlures ou des membres amputés" suite à l'attaque du camion piégé mercredi 31 mai, a déclaré, mardi 6 juin, le président afghan, Ashraf Ghani, à l'occasion d'une conférence multinationale pour la paix.

Parmi les victimes figurent pas moins de 31 employés et partenaires du principal opérateur de téléphonie afghan, le groupe Roshan. Les bureaux ont également été très endommagés, ce qui a entraîné des coupures dans son réseau.

La cible de l'attaque au camion piégé, qui n'a pas été revendiquée, reste floue. Elle a en tous cas ravivé les profonds dissentiments politiques et ethniques qui fragilisent le gouvernement.

Six jours après l'attaque, Kaboul restait sous haute tension et en grande partie bouclée à l'occasion du sommet baptisé "Processus de Kaboul", qui rassemble des représentants d'une vingtaine de pays.

Attaque non revendiquée

Depuis l'attentat, des protestataires, dont plusieurs ont été tués lors de heurts avec la police le 2 juin, tiennent un sit-in près des lieux de l'explosion, réclamant notamment la démission du conseiller à la sécurité nationale Hanif Atmar.

Le ministre des affaires étrangères Salahuddin Rabbani, qui dirige le parti majoritairement tadjik Jamiat, a réclamé à son tour cette démission. Mais le président Ghani s'y est fermement opposé.

Le gouvernement accuse le réseau Haqqani, allié des Taliban, de l'attentat du 31 mai.

Avec AFP

 

Première publication : 06/06/2017

  • AFGHANISTAN

    Afghanistan : explosions à Kaboul lors d'un enterrement

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Attentat de Kaboul : affrontements meurtriers lors d'une manifestation

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Des dizaines de morts dans un attentat au camion piégé dans le quartier diplomatique de Kaboul

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)