Découvertes

Le risque de développer un cancer après un voyage sur Mars serait deux fois plus élevé que prévu

Image d'illustration.
Image d'illustration. Francis DEMANGE, Gamma-Rapho, Getty Images
Texte par : Chloé ROCHEREUIL
3 mn

Dans une nouvelle étude, des chercheurs estiment que le risque de développer un cancer encouru par les astronautes qui partiraient en mission sur Mars serait sous-estimé par la NASA.

Publicité

On savait déjà que la santé des astronautes assez courageux pour partir sur Mars serait malmenée sur la planète rouge. Mais à ce point-là, les candidats risquent d’être moins nombreux au départ.

VOIR AUSSI : Un séjour sur Mars pourrait être fatal pour le cerveau humain

Selon une nouvelle étude publiée dans le numéro du mois de mai de la revue scientifique Scientific Reports, des chercheurs affirment que le risque de développer un cancer sur Mars seraient deux fois plus importants que les prévisions de la NASA.

Les coupables : les rayons cosmiques galactiques, dont nous protège le champ magnétique de la Terre. Fortement chargés en ions, ils seraient dévastateurs pour les cellules du corps humain. "L’exposition aux rayons cosmiques galactiques peut ravager le noyau d’une cellule et causer des mutations qui peuvent mener à des cancers", explique Francis Cucinotta, professeur à l’université du Nevada.

Des risques sous-estimés

Pour les auteurs de l’étude, les modèles utilisés par la NASA pour appréhender les risques d’un séjour sur Mars sont biaisés, car basés sur des temps d’exposition aux rayons cosmiques trop courts. "Explorer Mars nécessitera des missions d’au moins 900 jours ou plus et implique plus d’une année dans l’espace profond où l’exposition aux ions lourds des rayons cosmiques galactiques est inévitable", ajoute Francis Cucinotta.

VOIR AUSSI : La NASA veut envoyer un champ magnétique sur Mars pour rendre son atmosphère habitable

Et cerise sur le gâteau, les cellules qui n’ont pas directement été impactées par les rayons pourraient elles aussi être contaminées. "Nous nous sommes rendus compte que les cellules endommagées envoyaient des signaux aux cellules non affectées aux alentours et modifient les microenvironnements des tissus. Ces signaux semblent pousser les cellules saines à muter, causant des tumeurs ou des cancers additionnels." En clair, les cellules malades déteindraient sur leurs voisines, multipliant ainsi le risque de cancer sur Mars.

 Alors les colons martiens en herbe, toujours partants ?

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine