Accéder au contenu principal

La Corée du Nord tire une salve de missiles en mer du Japon

Un homme passe devant un écran de télévision sur lequel s'affiche l'image d'un missile nord-coréen, le 5 avril 2017, dans une gare de Séoul.
Un homme passe devant un écran de télévision sur lequel s'affiche l'image d'un missile nord-coréen, le 5 avril 2017, dans une gare de Séoul. Jung Yeon-Je, AFP

La Corée du Nord a tiré jeudi une nouvelle salve de missiles qui se sont abîmés en mer du Japon, malgré le renforcement des sanctions internationales contre le régime la semaine dernière.

Publicité

La Corée du Nord a tiré jeudi 8 juin une salve de missiles de croisière, selon le ministère sud-coréen de la Défense. Cet essai survient moins d'une semaine après un durcissement supplémentaire des sanctions internationales contre Pyongyang en représailles à ses récents tirs d'engins balistiques.

"La Corée du Nord a tiré ce matin plusieurs engins non identifiés, présumés être des missiles de croisière sol-mer, à partir d'un lieu situé non loin de Wonsan", ville côtière de l'est du pays, a déclaré le ministère.

Cet essai d'engins à courte portée ne semble toutefois pas avoir été mené en violation des résolutions de l'ONU, selon un porte-parole de l'état-major interarmées sud-coréen : les restrictions internationales s'appliquent aux essais balistiques. Lee Il-Woo, analyste du réseau Korea Defence, a expliqué à l'AFP que les tests de missiles de croisière n'étaient pas concernés car ils "sont bien plus lents que les missiles balistiques et peuvent être abattus par des canons anti-aériens".

Provocations

"La Corée du Nord procède à des provocations soigneusement calibrées. Elle s'abstient de mener des essais de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) qui pourraient déboucher sur des représailles militaires" américaines, a jugé l'analyste. D'après l'état-major interarmées, les engins ont parcouru environ 200 kilomètres à une altitude de deux kilomètres avant de s'abîmer en mer du Japon.

"La Corée du Nord accélère ses essais de missiles (...) afin de projeter au monde l'image d'un pays qui ne sera jamais mis à genoux par les sanctions internationales", a dit à l'AFP Yang Moo-Jin, professeur à l'Université des études nord-coréennes. Le Nord "montre aussi son mécontentement devant l'arrivée d'un sous-marin nucléaire américain en Corée du Sud". L'USS Cheyenne, un bâtiment de 6 900 tonnes, dont le port d'attache est Pearl Harbour, mouille depuis mardi au port de Busan.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.