Accéder au contenu principal

Attentats à Téhéran : les assaillants étaient Iraniens et avaient combattu en Irak et en Syrie

Les forces de sécurité iraniennes déployées autour du Parlement, mercredi 7 juin 2017.
Les forces de sécurité iraniennes déployées autour du Parlement, mercredi 7 juin 2017. Hossein Mersadi, AFP

Les auteurs du double attentat commis mercredi à Téhéran étaient des membres iraniens du groupe État islamique. Ils avaient combattu dans des fiefs de l'organisation, à Raqqa et Mossoul. Le bilan de ces attaques s'est alourdi à 17 morts.

PUBLICITÉ

Les auteurs des attentats qui ont ensanglanté Téhéran mercredi 7 juin, étaient de nationalité iranienne et avaient rejoint les rangs du groupe État islamique (EI) en Irak et en Syrie avant de revenir en Iran, a annoncé jeudi le ministère des Renseignements.

>> Attentats de Téhéran : l'Iran qualifie de "répugnante" la réaction de Trump

Les assaillants, tous morts, "ont participé à des crimes commis par ce groupe terroriste à Mossoul (Irak) et Raqqa (Syrie)", a précisé le ministère dans un communiqué publié par l'agence de presse Isna.

Ils étaient revenus une première fois en Iran à l'été 2016 "avec l'intention de mener des opérations terroristes dans des villes religieuses" sous la direction d'Abou Aisha, "un haut commandant" de l'EI. Puis ils avaient été contraints de quitter le pays après qu'Abou Aisha y eut été tué, avant de revenir pour y commettre les attaques à Téhéran.

>> "L'Iran est le seul pays dans la région dont l'armée combat l'EI"

Le ministère des Renseignements a publié les photos et les prénoms de ces hommes qui, contrairement à ce qui avait été annoncé mercredi, étaient cinq et non six.

Le bilan revu à la hausse

"Il y a plusieurs dizaines de combattants iraniens" au sein de l'EI, "notamment en Irak, en Syrie et en Afghanistan", selon Clément Therme, de l'Institut international d'études stratégiques (IISS). L'Iran est engagé en Irak et en Syrie aux côtés des gouvernements de ces deux pays pour y combattre des groupes rebelles et jihadistes, dont l'EI.

Le bilan des attentats a par ailleurs été revu à la hausse après la mort à l'hôpital de quatre blessés, portant à 17 le nombre de personnes tuées dans ces attaques inédites en Iran.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.