Accéder au contenu principal

Bataille de Marawi : les forces américaines en soutien à l'armée philippine face à l'EI

Des soldats philippins en patrouille à Marawi, le 6 juin 2017.
Des soldats philippins en patrouille à Marawi, le 6 juin 2017. Noël Celis, AFP

Depuis vendredi, les forces spéciales américaines soutiennent l'armée philippine qui tente de libérer Marawi, ville du sud de l'archipel assiégée par des combattants liés à l'EI. Manille peine à déloger les islamistes de la région.

Publicité

L'ambassade des États-Unis et l'armée philippine ont officialisé, samedi 10 juin, leur collaboration dans la libération de la ville de Marawi, occupée par les combattants liés à l'organisation de l'État islamiste (EI) depuis le 23 mai. Il s'agit d'un soutien technique; les forces américaines ne combattent pas, a précisé l'armée philippine lors d'une conférence de presse.

Dès vendredi, un avion de surveillance américain P3 Orion a survolé la ville située sur l'île de Mindanao, dans le sud des Philippines. Après plus d'une semaine de combats contre des insurgés islamistes qui se réclament de l'EI, l'armée philippine peinait toujours, mercredi, à reprendre le contrôle total de Marawi.

Le bilan de la journée de vendredi est de 13 soldats philippins tués dans les combats, a annoncé samedi un porte-parole de l'armée, ce qui porte à 58 le nombre de morts du côté du gouvernement philippin. Vingt civils ont également été tués ainsi qu'une centaine de combattants rebelles.

Objectif : mettre fin au siège de l'EI lundi

L'armée philippine s'est fixé pour objectif de mettre fin au siège des combattants de l'EI lundi, jour de la fête de l'Indépendance aux Philippines. Elle a également annoncé chercher à confirmer les informations de la mort de deux frères qui dirigent le groupe islamiste Maute.

Cette aide intervient après plusieurs mois de tension entre les États-Unis et les Philippines, le président philippin Rodrigo Duterte ayant promis de faire partir les troupes américaines de son pays.

Washington avait déployé des forces spéciales à Mindanao en 2002 pour former et conseiller des unités philippines en lutte contre des combattants du groupe islamiste Abou Sayyaf. Quelque 1 200 Américains avaient à l'époque participé à ce programme.

Il a cessé en 2015 mais une petite unité est restée pour fournir une aide logistique et technique.

Avec Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.