Accéder au contenu principal

En Égypte, une loi pourrait interdire aux parents de donner un prénom occidental à leur enfant

Monique Jaques/Corbis via Getty Images

En Égypte, donner un prénom "étranger" à un enfant pourrait bientôt valoir aux citoyens un aller direct pour la case prison.

Publicité

Selon le journal Egypt’s Independent, le parlement égyptien devrait discuter bientôt d'un projet de loi visant à interdire aux parents d'attribuer des noms occidentaux aux nouveaux-nés.

VOIR AUSSI : Pour un dirigeant égyptien, le cartoon "Tom et Jerry" inciterait à la violence et au terrorisme

À titre dissuasif, une amende allant de 55 dollars (environ 50 euros) à 270 dollars (environ 240 euros), ainsi qu'une peine d'emprisonnement allant jusqu'à six mois, sont actuellement envisagés. Bedier Abdel Aziz, le membre du parlement à l'origine de cette proposition de loi, fait valoir qu'une telle discussion est primordiale si le pays souhaite "conserver son héritage".

Plus de "Lara" et de "Mark"

"Utiliser des prénoms occidentaux et abandonner les prénoms arabes conduirait à un changement de paradigme dans notre culture, ce que nous ne désirons pas", a-t-il expliqué, ajoutant que des prénoms comme "Lara" et "Mark" sont difficiles à prononcer pour les Égyptiens.

Si une telle loi passait, l'Égypte ne serait pas le premier à l'adopter. En 2011 déjà, l'Arabie saoudite a banni une liste de 51 prénoms considérés comme blasphématoires car d'origines étrangères ou associés à la royauté. Comme le fait remarquer Quartz, la censure de prénoms est une pratique qui existe également en Suède, officiellement aujourd'hui pour préserver les enfants de toutes moqueries, mais initialement en 1982 pour empêcher les non-nobles de porter des prénoms de nobles.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.