Accéder au contenu principal
Découvertes

Henri Guaino dézingue l'électorat "à vomir" de sa circonscription et quitte la politique

Henri Guaino à Paris, le 2 février 2014.
Henri Guaino à Paris, le 2 février 2014. Michael Bunel/NurPhoto/Corbis via Getty Images
3 mn

Candidat dissident Les Républicains à Paris, Henri Guaino a affirmé dimanche sur BFMTV être "allé au bout du bout de [ses] engagements politiques", alors qu'il était défait. Et il n'a pas trouvé mieux que de s'en prendre à ses électeurs.

Publicité

Ex-plume de Nicolas Sarkozy et député sortant des Yvelines, Henri Guaino avait décidé de se présenter à Paris et d'affronter Nathalie Kosciusko-Morizet. Mais il s'est méchamment ramassé, avec 4,5 %. Et n'est visiblement pas près de le digérer.

VOIR AUSSI : Moins de 50 % des électeurs ont voté : une abstention problématique

Au bout du suspense, il a lancé, sûr de lui : "L'électorat qui a voté dans la deuxième circonscription de Paris aujourd'hui, dans le 6e arrondissement, le 5e et une partie du 7e, est à mes yeux à vomir. À vomir hein, vous m'entendez bien."

Nos confrères de BuzzFeed ont isolé la séquence qui s'est déroulée sur BFMTV ce dimanche 11 juin à 23h50 :

Henri Guaino a détaillé : "Les bobos d'un côté, qui sont dans l'entre-soi de leur égoïsme [...] Et cette espèce de bourgeoisie traditionnelle de droite, qui va à la messe, qui envoie ses enfants au catéchisme et puis qui après vote pour un type qui pendant 30 ans s'est arrangé à tricher par tous les moyens [...] un peu pétainiste, vous savez tous ces gens qui ont voté à la primaire de la droite."

"J'ai voulu aller jusqu'au bout, je suis allé jusqu'au bout", a-t-il ajouté, affichant son "mépris" pour "cette hypocrisie du socle sociologique sur lequel la droite s'est rétrécie". Il a d'ailleurs refusé d'appeler à voter pour l'un des deux candidats qualifiés au second tour.

"L'hypocrisie, c'est terminé", a-t-il assuré. Pour lui aussi c'est terminé, et il le sait.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.