Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Amériques

Les Portoricains ont voté par référendum pour devenir le 51e État américain

© Ricardo Arduengo, AFP | Le gouverneur de Porto-Rico au bureau de vote lors du référendum, dimanche 11 juin 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/06/2017

Lors d'un référendum à la participation extrêmement faible et dénoncé par l'opposition, les Portoricains ont voté dimanche pour que leur territoire, étranglé par la dette, devienne le 51e État des États-Unis.

Les Portoricains ont voté, dimanche 11 juin, pour que leur territoire devienne le 51e État des États-Unis. Ce référendum consultatif, marqué par une forte abstention, nécessitera d'âpres tractations à Washington pour devenir réalité.

Selon le gouvernement, la perspective d'un statut d’État américain à part entière rassemble 97 % des suffrages. Sur 2,2 millions d'inscrits, la participation n'était cependant que de 23 %.

Le gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rossello, avait fait campagne pour ce statut, présenté comme source de croissance pour l'île, étranglée par une dette de 70 milliards de dollars (62,5 milliards d'euros), un taux de pauvreté de 45 %, un système scolaire inefficace et des caisses de retraite et d’assurance-maladie au bord de la faillite.

Statut politique flou

"À partir d'aujourd'hui, le gouvernement fédéral ne pourra plus ignorer la voix de la majorité des citoyens américains de Porto Rico", a déclaré Ricardo Rossello dans un communiqué. "Il serait hautement contradictoire pour Washington d’exiger la démocratie dans d'autres parties du monde, et de ne pas répondre au droit légitime à l'auto-détermination exercé aujourd'hui dans le territoire américain de Porto Rico", a-t-il ajouté.

Le statut politique flou de Porto Rico, qui remonte à l'acquisition de l'île par les États-Unis en 1898, a contribué à la crise économique en cours, qui a conduit début mai son gouverneur à demander à ce que le territoire soit déclaré en situation de faillite.

Les partisans de ce statut estiment qu'il permettra de placer l'île des Caraïbes sur un pied d'égalité avec les 50 autres États, d'accéder à davantage de financements fédéraux et au droit de vote à l'élection présidentielle.

Boycott de l'opposition

Un porte-parole du gouverneur a déclaré à Reuters qu’il pousserait le Congrès américain à respecter un résultat en faveur de l'accession au statut d'État à part entière, mais l'île n'est généralement pas considérée comme une priorité à Washington.

Ce référendum sur le statut de l'île est le cinquième du genre à Porto Rico depuis 1967. Le principe d'une accession au statut d'Etat des États-Unis l'a emporté lors du dernier scrutin du type en 2012.

Les deux principaux partis d'opposition ont boycotté le scrutin. Pour Rafael Hernandez Colon, ex-gouverneur membre du PPD (Parti populaire démocratique) et partisan de variantes du statut actuel, "ce plébiscite forcé a fabriqué une majorité artificielle pour le statut d'État en privant de voix des centaines de milliers de partisans du Commonwealth". Une troisième formation, le Parti de l'indépendance de Porto Rico (PIP), soutient l'idée d'une sécession complète.

Avec Reuters

Première publication : 12/06/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Porto Rico : la plus importante faillite d'un territoire américain

    En savoir plus

  • États-Unis

    Porto Rico fait défaut sur une partie de sa dette

    En savoir plus

  • DETTE

    Faillite : pendant que la Grèce lutte, Porto Rico sombre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)