Accéder au contenu principal

Législatives des Français de l’étranger : un duel "Netanyahou-Macron" en Israël

Meyer Habib lors d'un meeting de François Fillon à Tel Aviv le 20 avril 2017.
Meyer Habib lors d'un meeting de François Fillon à Tel Aviv le 20 avril 2017. Jack Guez, AFP

Dans la 8e circonscription des Français de l’étranger, le second tour opposera un député LR-UDI controversé, soutenu officiellement par le Premier ministre israélien, et une candidate La République en marche, le parti d’Emmanuel Macron.

PUBLICITÉ

Il est officiellement soutenu par Benjamin Netanyahou, elle, une ancienne socialiste, a été investie par La République en marche. Meyer Habib (LR-UDI) et Florence Drory se sont tous deux qualifiés pour le second tour des législatives dans la 8e circonscription des Français de l’étranger. La circonscription comprend huit pays du pourtour méditerranéen mais c’est en Israël que se trouve plus de la moitié des électeurs. Or, Meyer Habib qui est le député sortant de la circonscription, joue à fond sur sa proximité avec le Premier ministre israélien pour se faire réélire. Benjamin Netanyahou s’est d’ailleurs fendu d’une vidéo en hébreu pour soutenir "son ami".

Ses positions sont effectivement au diapason avec la politique du Premier ministre israélien : il soutient la colonisation. Récemment, il a taxé le Quai d’Orsay d’antisionisme parce que le terme "Territoires palestiniens" figurait sur des prospectus électoraux. Dans un texte adressé aux Français d’Israël, il se dit "profondément attaché à la France" mais se revendique aussi "sioniste, partisan de l'intégrité d'Eretz Israël et fidèle aux valeurs de la Torah". De fait, il fait ainsi valoir son bilan de député : "Depuis quatre ans j’ai défendu sans relâche Israël, qui partage nos valeurs, et le peuple juif". Dans le même communiqué, il s’en prend à son adversaire Florence Drory arrivée en tête du premier tour avec 36,73 % (contre 35,51 % pour Meyer Habib) : "Ma concurrente excite le reste de la circonscription en me présentant uniquement comme un candidat communautariste au service d’Israël, soutenu par Netanyahou et ses rabbins", dénonce-t-il.

Meyer Habib, candidat du Likoud, le parti de Benjamin Netanyahou ?

Sur Twitter, Charles Enderlin, l’ancien correspondant de France 2 à Jérusalem, a relayé les propos d'un militant du Likoud estimant qu'il ne fallait pas "se gêner" si "les Français sont assez stupides pour nous permettre d'envoyer un représentant à nous dans leur Parlement".

Lors du premier tour, le taux de participation dans la circonscription a seulement atteint 19,1 %. "Vous n’avez été que 7 % en Israël à vous déplacer", a déploré Meyer Habib, en appelant à "une mobilisation massive" sans quoi, selon lui, "les conséquences seraient trop graves". Alors que 137 voix séparaient les deux candidats à l’issue du premier tour, la mobilisation pour le second tour des Français d’Israël - mais aussi de Grèce, Turquie, Chypre, Italie et Malte - s’annonce décisive.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.