Accéder au contenu principal

Drone abattu en Syrie : la Russie accuse la coalition internationale de "complicité de terrorisme"

Un avion américain F-15 Strike Eagle.
Un avion américain F-15 Strike Eagle. Senior Airman Matthew Bruch / US Air Forces Central Command / AFP

Après la destruction par un avion américain d'un drone armé des forces pro-régime dans le Sud syrien, la Russie a accusé, mardi, la coalition internationale, menée par les États-Unis, de "complicité de terrorisme".

Publicité

La tension est encore montée d'un cran entre la Russie et les États-Unis, en Syrie. Après qu'un avion américain a détruit un drone armé des forces pro-régime dans le Sud syrien, dans la nuit de lundi à mardi 20 juin, Moscou a accusé la coalition internationale, menée par Washington, de "complicité de terrorisme".

"En Syrie, ce genre de frappes s'apparente à une complicité de terrorisme", a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov, dans une interview à l'agence de presse Interfax.

Le drone de fabrication iranienne Shaheed 129 a été abattu par un avion américain F-15 Strike Eagle, après avoir "montré une intention hostile et s'être dirigé vers des forces de la coalition", selon un communiqué diffusé par la coalition.

Deux incidents en quarante-huit heures

Ce nouvel incident est intervenu à peine quarante-huit heures après la destruction, dimanche, d'un appareil de l'armée syrienne par un avion de chasse américain dans la région de Raqqa, dans le nord de la Syrie. La Russie, alliée du régime de Damas, avait alors annoncé qu'elle suspendait son canal de communication militaire avec les Américains sur les opérations en Syrie. Un canal qui joue un rôle clef pour éviter les incidents.

Le Kremlin avait aussi prévenu qu'il pointerait ses missiles vers les avions de la coalition internationale survolant la Syrie à l'ouest de l'Euphrate.

Il y a deux semaines, les États-Unis avaient déjà abattu un drone des prorégime à Al-Tanaf, près de la frontière irakienne. Ils avaient aussi bombardé des combattants prorégime qui s'approchaient d'Al-Tanaf où des forces spéciales américaines entraînent des groupes syriens face à l'EI.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.