Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Mo'Kalamity, ambassadrice capverdienne d'un reggae conquérant

En savoir plus

FOCUS

En Californie, une croisade anti-avortement après une décision de la Cour suprème

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Adlène Méddi : "1994, une année de basculement en Algérie"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Égypte : nouveau procès pour Ahmed Douma, icône de la révolution

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'enjeu sécuritaire des législatives en Afghanistan

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Luis Aguiriano : "Je ne pense pas que Manuel Valls sera maire de Barcelone"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Malgré l'article 7, des sanctions impossibles contre la Pologne et la Hongrie ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'improbable rencontre entre Donald Trump et Kanye West

En savoir plus

L’invité du jour

Monique Pinçon-Charlot : "La fraude fiscale est une arme pour asservir le peuple"

En savoir plus

FRANCE

Remaniement : ces ministres sur la sellette à cause des affaires

© Patrick Kovarik, AFP | Richard Ferrand descendant les marches du perron de l'Élysée, le 14 juin 2017.

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 20/06/2017

Le Premier ministre pourrait bien profiter du remaniement pour aller plus loin que les modifications "techniques" annoncées, et écarter les membres du gouvernement visés par des affaires, et notamment ceux issus du MoDem.

Le remaniement du gouvernement Philippe ne sera pas aussi "technique" qu'annoncé par le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner. Le Premier ministre, qui a présenté lundi 19 juin la démission de son gouvernement, pourrait bien profiter de cette "tradition républicaine au lendemain d'élections législatives" pour écarter les ministres empêtrés dans des affaires. Surtout au sein d’un exécutif qui se targue de vouloir moraliser la vie publique et mettre fin aux vieilles pratiques douteuses.

>> À (re)lire sur France 24 : "Moralisation de la vie publique : une première loi plombée par les affaires"

Le nouveau poste "stratégique" de Ferrand à l'Assemblée

Le premier à faire les frais du remaniement, dès lundi, c'est Richard Ferrand, qui semble avoir été sacrifié sur l'autel de la transparence. À la demande du chef de l'État, qui l'a reçu dans la plus grande discrétion et pendant près d'une heure à l'Élysée, le ministre de la Cohésion sociale et des Territoires a accepté de quitter le gouvernement pour briguer la présidence du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale. L'entourage du président a juré ses grands dieux que l’élu breton ne faisait pas les frais de ses démêlés avec la justice. "C'est tout sauf une sanction, puisque le poste le plus stratégique à l'Assemblée nationale sera à l'évidence celui de président du groupe La République en Marche", a déclaré sur BFMTV Sébastien Griveaux, un fidèle d'Emmanuel Macron.

En attendant cette nouvelle "promotion", Richard Ferrand est entendu dans une enquête qui fait suite à la publication fin mai d'un article du Canard enchaîné. L'hebdomadaire satirique avait alors révélé qu'en 2011, les Mutuelles de Bretagne avaient décidé de louer des locaux commerciaux appartenant à la compagne de Richard Ferrand, leur directeur général de l'époque.

La renonciation de Sylvie Goulard

Officiellement, Sylvie Goulard n’a pas été priée de partir mais a annoncé mardi avoir choisi de ne plus "faire partie du gouvernement", pour pouvoir, le cas échéant, "démontrer librement [sa] bonne foi" dans l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs présumés au MoDem. Emmanuel Macron "a entrepris de restaurer la confiance dans l'action publique, de réformer la France et de relancer l'Europe. Cette entreprise de redressement doit l'emporter sur toute considération personnelle", a souligné l'éphémère ministre.

Une enquête préliminaire a été ouverte le 9 juin, après un signalement auprès du parquet d'un ancien salarié du MoDem, pour déterminer si le parti politique avait ou pas salarié des employés en les faisant passer pour des assistants parlementaires européens.

Le casse-tête Bayrou et de Sarnez

Enfin, l'entourage présidentiel s'est refusé à tout commentaire sur l'avenir de François Bayrou et de Marielle de Sarnez, les deux autres personnalités du MoDem qui figuraient dans le premier gouvernement Philippe.

>> À (re)lire sur France 24 : Moralisation de la vie publique, tensions avec les médias… Bayrou dans la tourmente

Pour l’heure, "François Bayrou a vocation à rester au gouvernement", il n'y a "aucun" problème, a estimé le Premier ministre. Une clarification qui laisse justement qu’il pourrait y en avoir un. Car le garde des Sceaux et la ministre des Affaires européennes font tous les deux l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Paris sur des soupçons d'emplois fictifs du MoDem au Parlement européen, après des révélations du Canard enchaîné.

La ministre chargée des Affaires européennes Marielle de Sarnez semble s’être préparée à ne pas voir son mandat ministériel renouvelé. L’intéressée a annoncé mardi au Parisien qu'elle n'excluait pas de quitter le gouvernement. "Tout est ouvert pour moi. Le gouvernement ou la présidence du groupe MoDem à l'Assemblée. Ce sont deux engagements passionnants."

Première publication : 20/06/2017

  • POLITIQUE

    Moralisation de la vie publique, tensions avec les médias… Bayrou dans la tourmente

    En savoir plus

  • FRANCE

    Moralisation de la vie publique : une première loi plombée par les affaires

    En savoir plus

  • FRANCE

    La ministre des Armées, Sylvie Goulard, souhaite ne plus faire partie du gouvernement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)