Accéder au contenu principal

Le fondateur et PDG d'Uber, Travis Kalanick, a enfin démissionné

Travis Kalanick, le cofondateur de la société de VTC Uber, lors d'une conférence à Munich, le 18 janvier 2015.
Travis Kalanick, le cofondateur de la société de VTC Uber, lors d'une conférence à Munich, le 18 janvier 2015. TOBIA HASE, DPA, AFP (ARCHIVES)

De scandale politique en scandale sexuel, la réputation d'Uber s'est considérablement émaillée ces derniers temps. Pour tourner la page, dirigeants et actionnaires de l'entreprise souhaitaient pousser le fondateur Travis Kalanick vers la sortie.

Publicité

Cela lui pendait au nez. Alors que l'entreprise spécialiste des VTC traverse depuis quelques temps une tumultueuse période de remise en question, son fondateur et PDG Travis Kalanick se trouvait sur un siège éjectable. Il faut croire que les scandales politique comme sexuel ou encore l'émergence du hashtag #DeleteUber appelant au boycott du service en février dernier, ont créé un lourd climat de défiance qui a fini par avoir eu raison de lui.

VOIR AUSSI :  Uber et les scandales à répétition

En effet, son départ vient d'être officialisé, selon le New York Times qui annonce la démission du personnage polémique, mercredi 21 juin. Avec cette annonce, Uber peut-il se racheter une conduite ?

Personnalité controversée

Il était temps. Dans la Silicon Valley, Travis Kalanick est pour le moins une personnalité controversée. Filmé en train d'insulter l'un de ses chauffeurs, l'entrepreneur américain qui avait accepté de rejoindre l’équipe de conseillers économiques de Donald Trump est également accusé d'avoir toléré voire favorisé une culture d'entreprise machiste et toxique. 

Harcèlement sexuel au sein d'Uber, couplé à l'affaire Otto, cette entreprise rachetée par Uber, spécialisée dans le camion autonome et accusée par Waymo (Alphabet) de vol de technologies... Ces polémiques ont achevé de faire de Travis Kalanick un dirigeant peu apprécié de ses salariés et des clients du service. 

Un cabinet d'audit qui a réalisé une étude sur l'image de l'entreprise Uber avait fini par conclure que pour sauver l'entreprise Uber, l'homme qui l'avait pourtant fondée devait prendre la porte. Après avoir pris un congé à durée indéterminée afin de tenter s'éloigner de l'épicentre du scandale, Travis Kalanick semble avoir enfin fait le choix de la raison.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.