Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La fin des sanctions contre l'Erythrée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mais qu'est ce que ça veut dire "mettre le bololo" ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : divorce à l'amiable avec Bruxelles ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"8, avenue Lénine" : le parcours du combattant d'une femme rom en France

En savoir plus

FOCUS

La minorité arménienne de Syrie se reconstruit à Erevan

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Un juge à la Cour suprême incite les Américains à s'investir dans la vie publique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Yémen : la guerre décryptée

En savoir plus

FACE À FACE

Le mouvement des "gilets jaunes", entre grogne civile et récupération politique

En savoir plus

L’invité du jour

Titouan Lamazou : "Aller à la rencontre de l'infinie diversité de l'humanité"

En savoir plus

Découvertes

Microsoft open source

© JEFF CHIU, AP

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 21/06/2017

Microsoft Azure est la plateforme applicative en nuage de Microsoft.

Entre Microsoft et l'open source, le mariage de raison est plus que consommé.

La firme de Redmond est devenue un membre "Platinium", un titre de haute importance au sein de la fondation. John Gossman, un dirigeant de Microsoft et architecte en chef de l’équipe Azure, fait désormais partie du comité de direction de Linux.

Mais cette union officialisée n’est pas qu’emblématique. À l’heure actuelle, les infrastructures cloud de Google et d’Amazon reposent en grande partie sur Linux. Chez Microsoft, on rapporte que près d’un tiers des machines virtuelles provisionnées sur Azure – sa plateforme de service cloud – tournent sous Linux. Il faut surtout rappeler que le système d’exploitation libre est aussi lié à l’une des plus grandes innovations de ces dernières années dans le monde du cloud : celle du container Docker, sorte de machine virtuelle légère qui repose sur des éléments Linux et qui a permis d’étendre la flexibilité et la portabilité d’exécution d'une application.

Son nom évoque le « cloud computing », ou informatique en nuage (l'externalisation des ressources informatiques d'une entreprise vers des datacenters distants).

VOIR AUSSI : Vers une "cloudisation" du monde, pour le meilleur et pour le pire

a

a

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 21/06/2017