Accéder au contenu principal

Les sœurs du jihad : quand tombent les masques (suite et fin)

Dans la "War room", lieu central où est menée l'enquête, les deux journalistes infiltrent la "jihadosphère".
Dans la "War room", lieu central où est menée l'enquête, les deux journalistes infiltrent la "jihadosphère". Capture d'écran, France 24

Après "Les Sœurs", produit par France 24 et 'Envoyé Spécial', la série "Les femmes cachées du jihad" vous propose de continuer l'exploration de la nébuleuse jihadiste. Sept épisodes choc sur les "sœurs" de l'EI, en partenariat avec Slate.

Publicité

Kounia = pseudo

Les réseaux sociaux sont une gigantesque partie de cache-cache entre les recruteurs, les candidat(e)s au départ qu’ils démarchent, et les services de renseignement qui les traquent. Grâce à leur "kounia", leur pseudonyme, les recruteurs avancent masqués. Il est d’autant plus difficile de les confondre qu’ils recyclent souvent les pseudos de combattants déjà morts.

L’histoire sans fin  

Malgré les messages de prévention, les récits apocalyptiques de celles qui sont coincées à Raqqa, à la merci de la vindicte de Daech et des bombardements de la coalition internationale, des dizaines de jeunes filles se laissent encore séduire par les fictions romancées venant de Syrie. Les parents d’Emeline, aujourd’hui  désespérée de quitter Raqqa, témoignent de leur impuissance.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.