Accéder au contenu principal

La police saoudienne déjoue un attentat contre la Grande Mosquée de La Mecque

Des milliers de pélerins à la Mecque, en Arabie Saoudite, le 14 septembre 2016.
Des milliers de pélerins à la Mecque, en Arabie Saoudite, le 14 septembre 2016. Ahmad Ghabali, AFP

La police saoudienne a déjoué vendredi un attentat "imminent" contre la Grande Mosquée de la Mecque, a annoncé le ministère de l'Intérieur. Onze personnes ont été blessées après l'explosion provoquée par le kamikaze encerclé.

Publicité

Les forces de sécurité saoudiennes ont déjoué, vendredi 24 juin dans la matinée, une action "terroriste" contre la Grande Mosquée de La Mecque, premier lieu saint de l'islam, où des dizaines de milliers de fidèles étaient rassemblés, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

Onze personnes, dont six pèlerins et cinq policiers, ont été blessées dans l'effondrement partiel du bâtiment de trois étages où s’était barricadé un kamikaze, assiégé, qui s'est finalement fait exploser, a indiqué un porte-parole du ministère dans un communiqué. Le kamikaze faisait partie d'un groupe "terroriste" basé dans deux quartiers de La Mecque et à Jeddah, la capitale économique du royaume, sur la mer Rouge. Cinq membres, y compris une femme, ont été arrêtés, a ajouté le ministère.

L'attentat était "imminent", a précisé le porte-parole. Les policiers ont assiégé l'endroit où s'était barricadé le kamikaze, un bâtiment de trois étages situé dans l'enceinte de la Grande mosquée. "Malheureusement, il a commencé à tirer sur les forces de sécurité une fois qu'il a remarqué leur présence, ce qui a entraîné un échange de coups de feu, avant qu'il ne se fasse exploser", a déclaré le porte-parole du ministère, le général Mansour al-Turki.

Deux personnes toujours hospitalisées

Deux des fidèles blessés sont toujours hospitalisés alors que les quatre autres ont pu quitter l'hôpital après avoir subi les soins nécessaires, a précisé le porte-parole dans son intervention télévisée.

L'attentat, déjoué au moment où les fidèles étaient massivement rassemblés à la Grande Mosquée pour le dernier vendredi du ramadan, le mois de jeûne musulman, est le deuxième du genre à viser un lieu sacré des musulmans en Arabie saoudite en moins d'un an.

En juillet 2016, un attentat perpétré à Médine, deuxième lieu saint de l'islam, avait fait quatre morts parmi les gardiens de sécurité, près de la Mosquée du prophète Mahomet.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.