Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

JP Bimeni : premier album épicé d'une voix burundaise de l'exil

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Antonio Guterres et Audrey Azoulay sondent les futurs défis à la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Italie : budget provocateur ou déficit démocratique ?

En savoir plus

L’invité du jour

Pédophilie : "Une catastrophe pour les victimes, une catastrophe pour l’Église"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Juncker : "Ce n'est pas le président des États-Unis qui fixe nos agendas"

En savoir plus

LIGNE DIRECTE

Ces Tunisiens qui se mobilisent pour sauver leur patrimoine

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Porochenko n'est pas un tsar, contrairement à Poutine"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'appel d'Emmanuel Macron à sécuriser le cyberespace

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Cyberattaques: "la nouvelle guerre froide"

En savoir plus

Amériques

Colombie : les Farc ont rendu toutes leurs armes, selon l'ONU

© Raul Arboleda, AFP | Le président colombien Juan Manuel Santos et le leader des FARC "Timochenko" ont salué cet accord lors de la cérémonie officielle, mardi 27 juin.

Vidéo par Perrine KETELS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/06/2017

Le gouvernement colombien et les Farc célèbrent mardi la fin du désarmement de la principale guérilla du pays, en conflit depuis plus d'un demi-siècle, une étape majeure de l'accord de paix historique signé fin 2016.

Désarmés. Les rebelles des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), la principale guérilla du pays, ont remis la majorité de leurs armes aux Nations unies, a annoncé lundi l'organisation internationale qui préside à la démobilisation prévue par l'accord de paix signé l'année dernière, à l'issue de 52 ans de conflit armé.

Lors de la cérémonie officielle à Mesetas, dans le centre du pays, le président colombien Juan Manuel Santos a salué "la meilleure nouvelle pour la Colombie de ces 50 dernières années : la nouvelle de la paix". Il assuré que ce processus serait "irréversible", se félicitant de "la fin de cette guerre absurde" avec la principale guerrilla du pays, née d'une rébellion paysanne en 1964.

La Norvège, pays garant, avec Cuba, de l'accord de paix signé en novembre, a elle aussi applaudi cette étape cruciale.

"Adieu aux armes ! Bienvenue à la paix !"

"Adieu aux armes ! Bienvenue à la paix !" a lancé pour sa part le chef de la guérilla colombienne des Farc. "Aujourd'hui nous ne trahissons pas la Colombie, aujourd'hui nous abandonnons les armes", a promis Rodrigo Londoño, alias "Timochenko".

7132 armes stockées

Selon la Mission des Nations unies en Colombie, chargée de superviser le désarmement et de détruire les armes, quelque 7 000 combattants des Farc ont remis leur arsenal conformément à la feuille de route de l'accord de paix, soit 7 132 armes désormais stockées par la mission onusienne. L'ensemble du processus, qui a valu au président Santos le prix Nobel de la paix, vise à tourner la page du plus ancien conflit armé d'Amérique latine, qui a fait au moins 260 000 morts, plus de 60 000 disparus et 7,1 millions de déplacés.

La dernière phase du désarmement visant à remettre à l'ONU les 40% restants, avait toutefois été assombrie par un attentat à la bombe, le 17 juin dans un centre de commercial de Bogota, qui a tué trois personnes dont une Française. L'attaque, attribuée au groupuscule extrémiste Mouvement révolutionnaire du Peuple (MRP) dont neuf membres présumés ont été arrêtés, avait révélé une Colombie encore troublée par la violence malgré ses désirs de paix. Ainsi l'accord de paix avec les Farc, qui inclut aussi un dédommagement pour les victimes, une réforme agraire et la lutte contre le narcotrafic, avait été initialement rejeté de peu (50,2%) par les habitants lors d'un referendum, obligeant à une renégociation de l'accord. Cette dernière mouture avait finalement été approuvée par le Parlement.

Vers une seconde vie des Farc sous forme de parti politique ?

En rendant son arme, chaque guérillero s'est vu remettre un certificat et a signé un acte l'engageant à ne plus les reprendre. Les armes "ont rempli une fonction déterminée à un moment déterminé, aujourd'hui nous prenons une décision politique et nous n'en avons plus besoin", assurait récemment à l'AFP l'un des plus hauts dirigeants des Farc, Mauricio Jaramillo. La prochaine étape sera ensuite le retour à la vie civile de ces désormais ex-guérilleros, jusque-là regroupés dans 26 zones du pays et qui bénéficieront d'une justice spéciale garantissant l'amnistie pour la majorité d'entre eux.

Les Farc, nées d'une rébellion paysanne en 1964, devraient elles connaître une seconde vie sous forme de parti politique. En ligne de mire : les élections générales de 2018, pour lesquelles les Farc pourraient présenter un candidat présidentiel.

Restera alors une étape pour parvenir à la "paix complète" tant souhaitée par le président Santos : négocier un accord similaire avec la dernière guérilla active du pays, l'Armée de libération nationale (ELN), qui compte encore 1 500 combattants.

Avec AFP et Reuters

 

Première publication : 27/06/2017

  • COLOMBIE

    Le Parlement colombien vote une loi d'amnistie des Farc

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Colombie : après les Farc, Bogota entame un dialogue de paix avec la guérilla de l'ELN

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Colombie : dans un camp des Farc, François Hollande réitère l'appui de la France à la paix

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)