Accéder au contenu principal

Rien de mieux qu'un bon selfie devant son écran contaminé pour conjurer le sort de la cyberattaque mondiale

Mashable composite, Instagram

Une cyberattaque mondiale a touché, mardi 27 juin, des entreprises, des services publics et des particuliers un peu partout dans le monde. L'occasion d'immortaliser son écran frappé par le virus par un selfie digne de ce nom.

PUBLICITÉ

Personnellement, si mon écran devenait tout noir et affichait des lignes rouges me demandant de verser une rançon en Bitcoin sur une adresse avec des chiffres et des lettres pour retrouver mes fichiers, je ferai plutôt profil bas.

VOIR AUSSI : De grandes entreprises annoncent avoir été touchées par une nouvelle cyberattaque mondiale

N’en déplaise à une poignée de victimes de la cyberattaque mondiale du mardi 27 juin, qui, loin de se lamenter sur leur sort, ont dégainé leur dernier accès à Internet – leurs smartphones – pour prendre un selfie devant leurs écrans d’ordinateurs contaminés. Finalement, ça avait l'air plutôt marrant l'après-midi "cyberattaque au boulot" hier. 

Avec une mention spéciale à cet employé de bureau à New York qui a profité de la diversion pour se la coller en milieu d'après-midi : 

La cyberattaque est loin d‘avoir donné le sourire à tout le monde. Elle a touché la Russie, l'Ukraine, mais aussi le Danemark, la France, la Grande-Bretagne, la Norvège, les Pays-Bas et les États-Unis. Le rançongiciel NotPetya utilisé mardi 27 juin, était bien plus agressif que ses prédécesseurs : en plus de bloquer l’accès à un certain nombre de fichiers, il verrouillait l’ensemble du disque dur des ordinateurs contaminés. Des infrastructures comme le port indien de Nhaba Sheva ou encore la centrale nucléaire de Tchernobyl ont également vu leur fonctionnement perturbé. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.