Accéder au contenu principal

On sait enfin à quelle espèce appartient "l'animal le plus étrange au monde" découvert par Darwin en 1834

Robert Bruce Horsfall/Wikipedia Commons

En 1834, Charles Darwin découvrait le fossile de "l'animal le plus étrange au monde", comme le nommait lui-même le scientifique. Une analyse ADN vient enfin de déterminer de quelle bestiole il s'agissait.

PUBLICITÉ

"Mais qu'est-ce que c'est que ça ?", s'est sans doute dit Charles Darwin en découvrant deux étranges fossiles, lors de son périple en Patagonie en 1834. Le jeune scientifique est alors en voyage à bord du célèbre vaisseau Beagle, sur lequel il écrira un livre quelques années plus tard. Lors d'un arrêt dans cette région d'Amérique du Sud, il tombe sur des ossements peu familiers. Le naturaliste est en tous cas persuadé qu'il s'agit d'une race d'ongulés, soit un animal possédant des sabots.

VOIR AUSSI : Ce crâne humain vieux de 400 000 ans pourrait révéler de nouvelles clés sur l’évolution humaine

Les résultats d'une récente analyse ADN du spécimen viennent de mettre un terme à cet interminable suspense : il s'agit des restes d'une espèce éteinte dans le règne animal. Les ossements ont des caractéristiques de la famille des lipoternes et de celle des notongulés. En bref, le mammifère était un mélange de chameau, de girafe, de rhinocéros et d'hippopotame. Doté de dents de rongeurs, il ressemblait concrètement à un "gros lama à trompe", comme le résume Futura Sciences.

"Imaginez un chameau sans bosse, avec des pieds de rhinocéros et le crâne d’une antilope saïga", décrit le chercheur Michael Hofreiter à l'AFP. Il mesurait environ 3 mètres de haut et vivait sur Terre il y a 7 millions d'années, jusqu'à la dernière période glaciaire (il y a 110 000 ans à peu près). Et figurez-vous que cette étrange bestiole a un nom : Macrauchenia Patachonica.

Jusqu'ici, on ne savait pas où placer le Macrauchenia dans le vaste règne animal. Une équipe de chercheurs allemands de l'université de Potsdam et du Museum américain d'Histoire naturelle ont joint leurs forces pour parvenir à percer le mystère. Leurs résultats, publiés le 27 juin dans la revue Nature Communications, classent enfin le Macrauchenia dans une famillle d'animaux.

Une filiation retrouvée grâce à un ADN résistant

Accrochez-vous, le Macrauchenia se rapproche donc fortement de l'ordre des périssodactyles, des grands mammifères ongulés possédant un nombre impair de doigts, comme les chevaux. On trouve dans cette catégorie les chevaux, les zèbres ou encore les tapirs. Le Macrauchenia et les périssodactyles ont en effet un ancêtre commun qui a vécu sur Terre il y a 66 millions d'années et s'est probablement éteint avec les dinosaures.

Si cette découverte a pu être possible, c'est grâce aux merveilles que fait la recherche scientifique aujourd'hui. L'équipe a récupéré six os de Macrauchenia, dont les chercheurs n'ont réussi à extraire l'ADN que sur l'un d'entre eux et ont pu séquencer 80 % du génome mitochondrial (transmis par la mère) de l'animal, grâce aux techniques modernes.

"Pour la première fois, nous avons pu séquencer l’ADN de cette espèce", explique Michael Hofreiter. "Et nous avons enfin déterminé sa place dans l’arbre de l’évolution". Bienvenue à ta place, Macrauchenia.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.