Accéder au contenu principal
ÉTATS-UNIS

Deux journalistes insultés par Donald Trump s'interrogent sur sa santé mentale

Le couple de journalistes vedettes Mika Brzezinski et Joe Scarborough.
Le couple de journalistes vedettes Mika Brzezinski et Joe Scarborough. Frederick M. Brown, Getty images, AFP
4 mn

Les deux journalistes vedettes américains insultés sur Twitter par Donald Trump ont réagi vendredi, dénonçant une "obsession malsaine" du président envers eux, qui "ne sert pas l'intérêt de son état mental, ni du pays qu'il dirige".

Publicité

Les deux journalistes vedettes de la chaîne MSNBC, Mika Brzezinski et Joe Scarborough, qui ont fait l'objet d'attaques personnelles et insultantes sur Twitter de la part de Donald Trump, ont dénoncé vendredi 30 juin un président américain "à la dérive".

"L'obsession malsaine du président avec Morning Joe [l'émission matinale de MSNBC] ne sert pas l'intérêt de son état mental, ni du pays qu'il dirige", écrivent les deux journalistes dans un éditorial publié par le Washington Post, intitulé "Donald Trump ne va pas bien".

"Les dirigeants et les alliés de l'Amérique se demandent une nouvelle fois si cet homme a les capacités requises pour être président", poursuivent-ils.

Donald Trump avait fustigé jeudi en deux tweets assassins "la folle Mika au faible QI" et "Joe le psychopathe". Il affirme avoir refusé de les recevoir en décembre dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride, et mentionne que Mika Brzezinski "saignait abondamment à cause d'une chirurgie esthétique au visage".

Cette tirade a suscité un tollé jusque dans les rangs des élus républicains, craignant pour la dignité de la fonction présidentielle. Mika Brzezinski et Joe Scarborough - en couple à l'écran comme à la ville - parlent "d'insultes de cour d'école" et accusent le président américain de mensonges. Donald Trump, disent-ils, les a invités personnellement à Mar-a-Lago où ils se sont rendus pour ce qu'ils décrivent comme une "plaisante conversation" en présence de son épouse Melania Trump.

Les deux journalistes affirment également avoir fait l'objet de chantage de la part de responsables de la Maison Blanche les mettant en garde contre un "article négatif" dans l'hebdomadaire à scandale National Enquirer, si Joe Scarborough n'appelait pas Donald Trump pour s'excuser de la couverture critique du président dans leur émission. Ce que le journaliste a refusé de faire.

Donald Trump n'a pas tardé à réagir vendredi matin, alimentant de nouveau la polémique.

"J'ai regardé @Morning_Joe au faible audimat pour la première fois depuis longtemps. FAUSSE INFORMATION. Il m'a appelé pour arrêter un article du National Enquirer. J'ai dit non ! Mauvaise émission", a tweeté le président des États-Unis.

"Nous sommes convaincus que l'homme n'est pas mentalement équipé pour continuer à regarder Morning Joe", écrivent encore les deux journalistes qui conseillent au président américain de se contenter de "rester branché sur Fox&Friends", l'émission de Fox News très favorable à Donald Trump. "Ce sera mieux pour l'Amérique et le reste du monde", concluent-ils.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.