Accéder au contenu principal

Crise du Golfe: l'ultimatum fixé au Qatar a été prolongé de 48 heures

2 mn
Publicité

Ryad (AFP)

L'Arabie saoudite et ses alliés ont annoncé lundi avant l'aube avoir décidé, à la demande du médiateur koweïtien dans la crise du Golfe, de prolonger de 48 heures l'ultimatum fixé au Qatar pour répondre positivement à leur liste de 13 demandes.

Selon un communiqué commun publié par l'agence officielle saoudienne SPA, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont accepté de prolonger l'ultimatum, qui a expiré dimanche à minuit, et ce "à la demande de l'émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah".

A Koweït, le gouvernement koweïtien a, dans un communiqué, demandé un délai supplémentaire de deux jours, après l'annonce par le Qatar qu'il devait remettre lundi à l'émir du Koweït sa réponse aux demandes de ses adversaires.

Dans leur liste de 13 demandes, transmise le 22 juin à Doha par l'intermédiaire du Koweït, les quatre pays exigent notamment du Qatar, qu'ils accusent de soutien "au terrorisme", la fermeture de la télévision Al-Jazeera et d'une base militaire turque ainsi que la réduction de ses relations avec l'Iran.

Les quatre pays ont précisé dans leur communiqué qu'ils allaient étudier et évaluer la réponse du gouvernement du Qatar avant de remettre au Koweït leur propre réponse.

Doha a jusqu'ici rejeté implicitement les demandes de ses adversaires. "La liste des demandes est faite pour être rejetée", a ainsi déclaré samedi à Rome le ministre des Affaires étrangères du Qatar Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani, ajoutant "l'Etat du Qatar (...) la rejette par principe".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.