Accéder au contenu principal

Total prendra part à un nouveau mégaprojet gazier dans l'Arctique russe

2 mn
Publicité

Moscou (AFP)

Le groupe français Total prendra part aux côtés du russe Novatek à un nouveau mégaprojet de gaz naturel liquéfié (GNL), Arctique-2, dont la construction est prévue dans le Grand Nord russe, a annoncé lundi le PDG de Total Patrick Pouyanné.

Ce projet géant sur la péninsule de Gydan, dans la mer de Kara, dont la fin de la première phase de construction est prévue en 2022-2023, doit à terme produire autant que le projet Yamal, actuellement en construction dans l'Arctique russe par un consortium comprenant Total.

"Nous allons définitivement prendre part au projet. Nous détenons presque 19% du capital de Novatek et la réponse est pour moi évidente", a indiqué M. Pouyanné dans une interview au quotidien russe Vedomosti.

Cette participation sera "au minimum de manière indirecte, via notre partenariat avec Novatek. Une participation directe dépendra des conditions, mais nous avons cette volonté", a-t-il ajouté.

Total est déjà associé à Novatek, le numéro deux russe du gaz, dans la construction d'une usine de liquéfaction de gaz sur la péninsule de Yamal, disposant de ressources considérables mais situées au nord du cercle arctique, à 2.500 kilomètres de Moscou, posant de grandes difficultés techniques liées au climat et à l'isolement.

Le financement de Yamal, qui doit produire 16,5 millions de tonnes à partir de 2019, a été compliqué par les sanctions imposées contre Novatek par les Etats-Unis à cause de la crise ukrainienne.

M. Pouyanné s'est également prononcé lundi en faveur d'une levée de ces sanctions, qui "ne nuisent pas seulement à la Russie, mais également à l'Europe".

"Les sanctions économiques ne sont pas une solution à un problème diplomatique. Elles représentent la fin du dialogue et de relations normales", a-t-il déclaré.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.