Accéder au contenu principal

Un rapport confirme la domination du roi Netflix sur ses concurrents, et peut-être bientôt sur les chaînes de télévision

PASCAL LE SEGRETAIN/GETTY IMAGES

Un récent rapport américain démontre la prédominance du service de streaming Netflix sur ses concurrents.

PUBLICITÉ

Que l'on s'en réjouisse ou non, l'importance qu'a pris Netflix dans la vie de nombre d'entre nous nous laisse imaginer à quel point – et à peu près comment – les cartes en matière de streaming ont été redistribuées ces dernières années. Voilà nos impressions confirmées : un récent rapport de ComScore sur les contenus OTT ("over-the-top content" ou "service par contournement") montre que Netflix cumule plus de temps de visionnage qu'Amazon, Hulu et YouTube réunis.

VOIR AUSSI : La BBC s'arme de près 40 millions d'euros pour reprendre le jeune public aux géants Netflix et Amazon

L'étude, menée auprès de 12 000 foyers et sur 150 000 téléviseurs, révèle qu'un ménage américain moyen disposant d'une connexion Wi-Fi visionne en moyenne 40 minutes de contenu Netflix directement sur sa télévision. Derrière Netflix arrive YouTube, suivi d'Hulu et d'Amazon Video. De quoi donner le vertige : Netflix étant une entreprise jeune, on peut supposer que sa domination n'en est qu'à ses débuts, d'autant que le volume de contenus OTT ne fait que grossir chaque mois. Aujourd'hui, près de 54 % des foyers américains s'adonnerait au Netflix and chill, terme désormais consacré pour qualifier toute activité de binge-watching sur canapé. Et sur Netflix, bien sûr.

Les chaînes bientôt directement menacées ?

Comme on peut s'y attendre, l'étude conclut que les temps de visionnage les plus importants se concentrent sur les week-end. Mais une donnée a de quoi inquiéter, plus que les concurrents directs de Netflix, les chaînes de télévision elles-mêmes : ComScore a noté que les consommateurs de streaming s'installent généralement devant leur écran entre 20h et 23h, plage horaire de forte audience qui comprend le créneau de la première partie de soirée (prime time). Celui-là même où sont diffusés les émissions en direct et les programmes les plus coûteux. 

Le défi que doit relever la télévision n'oppose définivement plus "la VoD" à "l'offre en direct". Et certains, outre-Manche, l'ont déjà compris : mardi, la BBC a annoncé vouloir investir près de 40 millions d'euros pour regagner les jeunes spectacteurs convertis à Amazon et Netflix. Mais il leur faudra affronter bien assez tôt d'autres menaces : depuis plusieurs mois, Twitter et Facebook se sont lancés dans la diffusion d'événements en direct et dans la production de contenus originaux. L'étau se resserre. 

– Retrouvez aussi l'article de Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.