Accéder au contenu principal

La Bourse de Paris toujours sans enthousiasme après Wall Street (-0,26%)

3 mn
Publicité

Paris (AFP)

La Bourse de Paris évoluait toujours sans enthousiasme (-0,26%) vendredi après l'ouverture en hausse de Wall Street, le marché peinant à se redresser après une semaine difficile.

A 15H53 (13H53 GMT), l'indice CAC 40 perdait 13,27 points à 5.139,13 points dans un volume d'échanges de 1,7 milliard d'euros. La veille, il avait fini en recul de 0,53%.

Après une ouverture à l'équilibre, la cote parisienne a creusé ses pertes dans la matinée, pénalisée par la remontée des taux obligataires dans le sillage des comptes rendus de la Réserve fédérale américaine (Fed) et de la Banque centrale européenne (BCE) publiés cette semaine.

La principale actualité de la séance était la publication du rapport sur l'emploi américain, très attendu dans ce contexte de début de normalisation monétaire aux Etats-Unis.

Or, les créations d'emplois ont bondi en juin outre-Atlantique, dépassant les attentes des analystes, tandis que l'augmentation des rémunérations restait faible.

"Le rapport sur l'emploi américain est suffisamment bon pour que la Réserve fédérale poursuive sur la voie d'un resserrement graduel de sa politique", a analysé dans une note James Knightley, économiste pour la banque ING.

"Une forte croissance des créations d'emplois devrait au final se traduire par des salaires plus élevés, mais cela prend du temps", a-t-il complété.

"Ce chiffre n'est pas à même de changer les attentes en termes de hausse de taux d?intérêt directeur aux Etats-Unis", ont estimé de leur côté les experts de Mirabaud Securities Genève.

Le rapport ne changeant pas les prévisions de relèvement des taux de la Fed, le marché n'a donc guère évolué après sa publication.

Les investisseurs avaient eu d'autres statistiques à digérer dans la matinée, dont les chiffres de la production industrielle en Allemagne, qui a augmenté bien plus que prévu en mai. En France, elle a progressé de 1,9% sur le même mois après un repli de 0,6% en avril.

En revanche, la production industrielle britannique s'est effritée de 0,1% sur un mois.

Sur le front des valeurs, Carrefour était rétrogradée en queue du CAC 40 (-4,95% à 21,21 euros), malgré une progression des ventes de la société au deuxième trimestre, les investisseurs s'inquiétant de ses marges en France sur l'année 2017.

Dans son sillage, sa filiale foncière Carmila plongeait de 21,23% à 24,42 euros après l'annonce du succès de son augmentation de capital pour un montant total de 632 millions d'euros, dont une option de sur-allocation de 75 millions.

EDF cédait 0,65% à 8,74 euros après avoir annoncé le nouveau report du redémarrage du réacteur 2 de Fessenheim (Haut-Rhin), jusqu'à début 2018.

Publicis pâtissait (-4,29% à 63,55 euros) d'un abaissement de sa recommandation à "neutre" contre "surperformer" auparavant par Exane.

Les valeurs pétrolières restaient aussi dans le rouge sur fond de faiblesse persistante des cours du brut. Total reculait de 1,59% à 42,42 euros, TechnipFMC perdait 2,22% à 23,40 euros tandis que Vallourec se repliait de 1,90% à 5,38 euros.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.