Accéder au contenu principal

L'Irak annonce la victoire de ses forces armées à Mossoul

Les forces irakienens postées devant une mosquée de la vieille ville de Mossoul, dimanche 9 juillet 2017.
Les forces irakienens postées devant une mosquée de la vieille ville de Mossoul, dimanche 9 juillet 2017. Ahmad Al-Rubaye, AFP.

Le Premier ministre irakien, Haïdar al-Abadi, a annoncé dimanche la victoire de ses troupes sur les jihadistes de l'EI à Mossoul. Le groupe terroriste s'était emparé de la deuxième ville d'Irak en juin 2014 lors d'une offensive éclair.

PUBLICITÉ

C'est la fin de plus de trois ans de mainmise de l'organisation État islamique (EI) sur la deuxième ville d'Irak . Le Premier ministre irakien, Haïdar al-Abadi, a annoncé dimanche 9 juillet la "victoire" sur les jihadistes du groupe État islamique à Mossoul, ont fait savoir ses collaborateurs.

"Le commandant en chef des forces armées (le Premier ministre) Haïdar al-Abadi est arrivé dans la ville libérée de Mossoul et a félicité les combattants héroïques et le peuple irakien pour cette grande victoire", lit-on dans un communiqué des services du chef du gouvernement.

Libération de Mossoul : l'analyse de Julien Théron, enseignant à Sciences Po Paris

Les troupes irakiennes avaient atteint dimanche, quelques heures plus tôt, les berges du Tigre dans la partie ouest de Mossoul, où se déroulaient les derniers combats contre l'EI.

"Mossoul est aujourd’hui une ville en ruine, particulièrement la rive ouest, où des combats se déroulent encore au cœur de la vielle ville", explique Oriane Verdier, correspondante de France 24 en Irak."Il faudra ensuite sécuriser les quartiers, maison par maison, faire une recherche systématique pour s’assurer qu’il ne reste pas des islamistes qui ou même des mines", estime la journaliste.

Vidéo : l'analyse de Oriane Verdier, correspondante de France 24 en Irak

L'EI s'était emparé de Mossoul en juin 2014 à la faveur d'une offensive éclair qui lui avait permis de contrôler de vastes territoires du nord et de l'ouest de l'Irak, mais aussi de la Syrie voisine.

Avec Reuters
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.