Accéder au contenu principal

Plus de 7 000 policiers, soldats et membres de ministères limogés en Turquie

Un soldat turc, près de la place Taksim, à Istanbul, le 17 juillet 2016.
Un soldat turc, près de la place Taksim, à Istanbul, le 17 juillet 2016. Aris Messinis, AFP

Plus de 7 000 officiers de police, soldats et membres de ministères ont été limogés vendredi en Turquie, à la veille du premier anniversaire du putsch manqué de juillet 2016. En un an, 100 000 personnes ont été démises de leurs fonctions.

PUBLICITÉ

À la veille du premier anniversaire de la tentative de coup d'État, le 15 juillet 2016, plus de 7 000 officiers de police, soldats et membres de ministères ont été limogés en Turquie.

>> À voir : Un an après le coup d'État manqué, une Turquie de purges et de divisions

Selon l’agence officielle Anadolu, 7 563 personnes ont été démises de leurs fonctions au total, vendredi 14 juillet. Parmi elles, 2 303 policiers, selon le journal Hurriyet.

Accusant le prédicateur Fethullah Gülen d'être derrière le putsch, ce que nie l'intéressé, Ankara traque inlassablement ses sympathisants depuis un an : 50 000 personnes ont été arrêtées, plus de 100 000 limogées.

Peu avant qu'Ankara ne publie le décret annonçant ces nouveaux limogeages, Fethullah Gülen a dénoncé depuis les États-Unis le "putsch abject" de juillet dernier et condamné la "chasse aux sorcières" menée par les autorités turques.

Dans un communiqué, le prédicateur, bête noire du président turc Recep Tayyip Erdogan, a également condamné la "persécution sans précédent" contre son mouvement "Hizmet" ("Service" en turc).

La Turquie commémore samedi ce que les dirigeants et les médias désignent par l'expression "épopée du 15 juillet". Session parlementaire extraordinaire, discours nocturne et hommages aux "martyrs" sont au programme de cette journée.

Avec AFP
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.