Accéder au contenu principal
CHINE

Chine : le corps du Nobel dissident Liu Xiaobo a été incinéré loin des regards

Des photos diffusées par les autorités montrent Liu Xia (à droite) devant le corps de son mari, le 15 juillet.
Des photos diffusées par les autorités montrent Liu Xia (à droite) devant le corps de son mari, le 15 juillet. Handout, Shenyang Municipal Information Office, AFP
3 mn

La Chine a incinéré en toute discrétion, samedi, le dissident et prix Nobel de la paix Liu Xiaobo, après une cérémonie interdite aux médias mais à laquelle a pu assister sa femme, dont le sort reste incertain.

Publicité

La dépouille de l'opposant et prix Nobel de la paix Liu Xiaobo a été incinérée, samedi 15 juillet, "conformément à la volonté des membres de sa famille". La cérémonie s'est déroulée à Shenyang, dans le nord-est de la Chine, où il était hospitalisé jusqu'à son décès jeudi, a indiqué lors d'une conférence de presse Zhang Qingyang, un responsable du bureau d'information de la ville.

Ses cendres ont été dispersées en mer, a déclaré samedi son frère lors d'une conférence de presse.

Zhang Qingyang a rejeté toute précipitation dans l'incinération du corps. Selon lui, elle s'est déroulée "conformément aux traditions du nord de la Chine, qui prévoient une crémation et un service funéraire dans les trois jours suivant le décès".

Liu Xiaobo est mort à 61 ans des suites d'un cancer du foie, sans que le régime communiste ne le laisse finir ses jours en liberté à l'étranger. Cela vaut depuis à Pékin une pluie de critiques.

>> À lire : Pékin rejette les critiques après la mort du prix Nobel Liu Xiaobo

Écrivain et professeur, Liu Xiaobo avait été arrêté en décembre 2008 puis condamné un an plus tard pour subversion à 11 ans de prison. Il avait bénéficié d'une liberté conditionnelle et été hospitalisé à la suite de la détection de son cancer fin mai.

 

Le sort de son épouse, Liu Xia, en question

Après la mort du dissident, les regards se tournent désormais vers sa femme Liu Xia, en résidence surveillée depuis 2010. L'ex-poétesse et photographe a été autorisée à se rendre au chevet de son mari à l'hôpital avant son décès, mais ses contacts avec le monde extérieur restent extrêmement limités. Les États-Unis et l'Union européenne ont appelé Pékin à la libérer et à la laisser quitter la Chine si elle le souhaite.

>> Revue de presse : "Liu Xiaobo, tu vas nous manquer"

"D'après ce que je sais, Mme Liu Xia est libre", a assuré samedi Zhang Qingyang, sans confirmer clairement qu'elle était désormais libre de ses mouvements. "Il est préférable pour elle qu'elle ne reçoive pas trop de sollicitations extérieures durant cette période de deuil. C'est le souhait de la famille", a-t-il affirmé  en direction des médias.

Le comité Nobel norvégien s'est dit "profondément inquiet" pour Liu Xia, appelant également Pékin à la laisser quitter le pays.

"Le monde doit se mobiliser pour la sauver, et rapidement", a estimé l'avocat de Liu Xiaobo aux États-Unis, Jared Genser. "Elle mérite de vivre le reste de ses jours en dehors de la Chine, conformément à sa volonté, à l'abri de la peur, et dans la paix et la tranquillité".

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.