Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Maduro chez "Salt Bae" : un goût amer pour les Vénézuéliens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Lamjarred : la star marocaine placée en détention

En savoir plus

LE DÉBAT

Plan "ma santé 2022" en France : urgences à l'hôpital ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Celui qui est en cause dans l'affaire Benalla, c'est Macron"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Je veux reconstruire la gauche"

En savoir plus

FOCUS

Invasion de sargasse au Mexique : désastre ou chance à saisir?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Audiard : "Depuis longtemps, j'avais envie de tourner avec des Américains"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Voyage inoubliable sur le train du désert en Mauritanie et 300 kilomètres pour les plages de Tunisie

En savoir plus

L’invité du jour

Ghislaine Dehaene : "Il faut parler au bébé pour lui permettre de façonner son esprit"

En savoir plus

FRANCE

Emmanuel Macron : "C'est bien la France qui organisa" la rafle du Vél d'Hiv

© Capture d'écran France 24 | Cérémonie en mémoire des victimes de la rafle du Vélodrome d'Hiver, à Paris, samedi 15 juillet.

Vidéo par Sérine BEY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/07/2017

Emmanuel Macron et le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, ont commémoré dimanche le 75e anniversaire de la rafle du Vél d'Hiv. Le président a rappelé la responsabilité de l'État français dans ce sombre épisode de la Shoah.

Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahou ont participé, dimanche 16 juillet, à la 75e commémoration de la rafle du Vél d'Hiv. 

• Emmanuel Macron a rappelé à cette occasion l'entière responsabilité de l'État français de ce sombre épisode de l'histoire de France, en référence aux propos de Marine Le Pen durant la campagne présidentielle. "C'est bien la France qui organisa" la rafle du Vél d'Hiv en juillet 1942 et la déportation de milliers de juifs. "Pas un seul Allemand" ne participa à l'organisation de cette rafle, a ajouté le chef de l'État, qui a dit être "ici pour que se perpétue le fil tendu en 1995 par Jacques Chirac", le premier président de la République à reconnaître la responsabilité de la France dans les persécutions antisémites et non celle du seul régime de Vichy.

• "Nous ne cèderons rien à l'antisionisme", qui est la "forme réinventée de l'antisémitisme", a également fait savoir le président de la République dans son discours.

• De son côté, Benjamin Netanyahou a souligné "un geste très, très fort", remerciant la France de l'avoir invité. Cette commémoration "témoigne de l'amitié profonde entre la France et Israël", a dit le chef du gouvernement israélien à la tribune de la cérémonie.

• Lors d'une conférence de presse commune entre les deux dirigeants qui s'est tenue à l'issue de la cérémonie commémorative à l'Élysée, Emmanuel Macron a tout d'abord appelé à une "reprise des négociations" en vue d'"une solution à deux États" dans le conflit qui oppose Israël à La Palestine. Il a également assuré Benjamin Netanyahou de sa "vigilance" sur l'accord signé sur le nucléaire iranien, en vue de sa "mise en œuvre stricte". 

 

Première publication : 16/07/2017

  • FRANCE

    Simone Veil - Louise Pikovsky : votre héritage est entre nos mains

    En savoir plus

  • FRANCE

    Louise Pikovsky - Louise Dillery : deux lycéennes juives à la merci du destin

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Cette puanteur atroce" : 75 ans plus tard, une rescapée de la rafle du Vél d'Hiv se souvient

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)