Accéder au contenu principal

Birmanie: le mauvais temps à l'origine du crash de l'avion début juin

2 mn
Publicité

Rangoun (AFP)

Le mauvais temps est à l'origine du crash de l'avion militaire birman qui s'est abîmé début juin en mer d'Andaman avec 122 personnes à bord, l'une des plus importantes catastrophes aériennes du pays, d'après les médias officiels birmans.

L'appareil, qui transportait principalement des familles de militaires, effectuait une liaison de routine entre Myeik (sud) et Rangoun, la capitale économique.

D'après les enquêteurs, cités par les médias officiels mercredi, l'accident n'est pas dû "à un acte de sabotage, ni à une explosion ou une panne de moteur".

"L'accident s'est produit en raison d'une perte de contrôle due à des conditions météorologiques défavorables qui ont provoqué le décrochage de l'avion... puis le nez a plongé", expliquent-ils.

D'après les enregistrements des boîtes noires, l'avion a plongé après que les ailes eurent gelé et que des vents contraires eurent provoqué l'arrêt du moteur.

Il était en service depuis moins de deux ans et n'avait volé que 800 heures, selon l'armée birmane.

Pendant plusieurs jours, les secours ont dû affronter une mer déchaînée en pleine saison des pluies, pour réussir à extraire des flots une partie de l'épave de l'avion et plus de 90 corps.

L'entretien du matériel militaire est sujet à caution dans ce pays qui reste l'un des plus pauvres d'Asie du Sud-Est.

Dans cet accident, il s'agissait d'un avion quadrimoteur à turbopropulseur Y8 de fabrication chinoise. La junte birmane, qui a régné pendant près de 50 ans, a acheté de nombreux appareils à son puissant voisin chinois à l'époque où le pays était isolé sur la scène internationale.

Le précédent accident d'avion d'ampleur en Birmanie remonte au 28 août 1998, quand un appareil de la compagnie Myanmar Airways avec 39 personnes à son bord avait été retrouvé quatre jours après sa disparition.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.